AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 azead + stay with me

Aller en bas 
AuteurMessage
Azias Lincoln

avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 91
AVATAR : julian morris
PSEUDO : melaluly (mélanie)
CREDITS : (av) charney (signa) solosand (lyrics) maps by maroon 5
AGE : vingt-huit ans.
ACTIVITÉ : au chômage
BUCKET LIST : azead + aza + azéis + athias

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: néant intergalactique
RELATIONS:
MULTINICKS : jeene, l'ensorcelleuse

MessageSujet: azead + stay with me   Sam 22 Nov - 23:30

I don't want you to leave, will you hold my hand? ∞ Tu souffles encore et encore. Pourquoi t’es là ? C’est pas une bonne idée. T’en es tellement convaincu que tu es à deux doigts de repartir vers le bar le plus proche du coin. Un doux verre de rhum semblait bien plus agréable qu’une entrevue avec Sinead Fraser, enfin… non ; quoique ça dépendait de la nature de l’entrevue. Mais vu comment ça c’était terminé entre vous la dernière fois, tu doutais que ça soit agréable. Tu ne savais plus rien en fait. Les méandres de ton esprit incapables d’aboutir à un raisonnement cohérent, tu voyais le pire dans chaque possibilité. Mais surtout plus tu pensais à vous deux échangeant des baisers passionnés et langoureux, plus tu te dégouttais. Elle était la femme de ton meilleur ami et toi, Cysalie. Ils étaient morts certes mais qu’est-ce que ça changeait au final ? Leurs corps étaient peut-être sous Terre mais les souvenirs resteraient les mêmes à jamais, ton amour pour Cysalie n’est même pas assez fort qu’à peine quatre mois plus tard, tu l’oublies déjà ? Non. Jamais. Elle est la femme de ta vie, ce n’est plus à prouver. Tu l’aimes tellement que ça te tue, te dévore encore aujourd’hui. Cysalie, TA Cysalie. Personne ne pourrait la remplacer et ça ne serait pas Sinead, ça ne se pouvait pas. C’était contre-nature, c’était… et pourtant. L’idée qu’elle s’éloigne de toi, de ta vie te causait d’atroces angoisses. Tu as besoin d’elle. Tu le sens au plus profond de toi. Depuis qu’elle est partie de chez toi, après ce baiser, tu ne dors plus du tout. Enfin techniquement si quand ton corps ne tient plus mais ça ne dure à peine deux heures à chaque fois. Déjà avant, tu étais au fin fond du gouffre mais là c’est pire. Ta vie est bancale, incapable de se mener à bien. T’es une épave, un bordel complet. Tu ne manges plus rien. Tu ne fais que boire, encore plus. Tu pensais que ce n’était pas possible mais tu te trompais, comme d’habitude. Sinead c’est ta boussole, ta bouée de sauvetage. T’as tellement besoin d’elle. Si elle n’est pas là, tu crèves, c’est simple. C’est pour ça que t’es là ce matin devant sa porte. Pas besoin de chercher l’explication plus loin, elle est tout bête. T’es prêt à la supplier s’il le faut pour qu’elle revienne parce que tu ne peux pas faire autrement. Si elle aussi t’abandonne alors tu peux te laisser mourir de suite car la vie ne vaut plus la peine d’être vécue. Pourquoi ne voit-elle pas tout ça ? Pourquoi elle le comprend pas toute seule ? Ça serait tellement plus facile au lieu d’être obligé d’avouer des choses qui font si mal. T’es horrible et tu l’entraines dans ta chute. Egoïste, tu l’étais et tu le restes.

T’as fait des efforts, tu t’es lavé, tu t’es rasé, t’es propre sur toi et tu sens même pas trop l’alcool. Tu t’es brossé les dents et t’as même osé prendre une pastille de menthe. T’es habillé décemment, t’as deux chaussures. Un jean propre. Une chemise. T’es présentable. On a l’impression de revoir l’ancien toi si ce n’est que dans ton regard, on peut tout de même voir qu’à l’intérieur, t’es mort. Tu souffles encore, tu fixes sa porte depuis tout à l’heure. Tu colles même ton front tout contre cette porte pour essayer de te rafraîchir parce que tout ton être brule. Pourquoi t’es aussi mal ? Finalement tu finis par appuyer sur le bouton de la sonnette. T’attends dix secondes, vingt et enfin elle finit par ouvrir la porte. Elle semble surprise et toi t’es incapable de parler, paralyser par sa vision. Ressaisis-toi, c’est pas le moment de se dégonfler. « Salut. » Simple, concis mais ça sonne plutôt bien. En tout cas, ça te permet de te ressaisir et de prendre plus confiance toi. « Je peux rentrer ? » Tu n’imagines pas qu’elle te dise non mais tu demandes quand même, comme si t’avais l’impression d’être un étranger. Malgré votre rapprochement, il te semblait pourtant que c’est malheureusement ce qui était en train de se passer. Finalement elle te laisse rentrer. « Je suis venu t’annoncer que Briséis revient en ville. Elle s’installe chez moi. » *Et que je veux que tu me reviennes.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinead Fraser
QUEEN OF HEARTS AND KING OF SPADES
avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 46
AVATAR : lily aldridge la magnifique.
PSEUDO : borealis. (clémence)
CREDITS : crick.
AGE : vingt-huit années.
ACTIVITÉ : avocate internationale dans la gestion de patrimoine immobilier.

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: widow.
RELATIONS:
MULTINICKS : francis et ruth.

MessageSujet: Re: azead + stay with me   Dim 23 Nov - 11:14

don't tell me cause it hurts. ∞ on sonnait à ta porte. qui cela pouvait bien être? tu n'étais pas prête, tu n'étais pas présentable. à dire vrai, tu avais du mal à l'être, ces derniers temps. revenir vivre dans les méandres de cet appartement te procurait une nostalgie, une souffrance de vivre presque indicible. tu avais du mal à respirer, du mal à contenir dans cet espace que tu connaissais par coeur. tous vos souvenirs réapparaissaient; du plus important au plus insignifiant. vos disputes dans la cuisine, vos moments tranquilles auprès de la cheminée, vos rires dans ce canapé, vos ébats dans la salle à manger.. tout y passé. et tu étais là, dans le vide de tes pensées. tu t'étais dirigée vers la porte, regardant par le judas qui cela pouvait bien être. tu aurais reconnu ce brun parmi des milliers. tu t'arrêtais de respirer. que venait-il faire là? pourquoi était-il là, devant ta porte, vêtu soigneusement et apprêté comme un paon? que lui arrivait-il? toi, qui était encore en pyjama et en peignoir de soie - comme à ton habitude, il ne te connaissait que vêtue ainsi-? tu respirais. doucement. fortement. tu avais besoin d'oxygéner tes sens, pour qu'ils fonctionnent au maximum. et puis, tu te décidais à lui faire face. tu te sentais prête, malgré la tournure de votre dernière rencontre..
un baiser doux, apeuré dans un premier temps. et puis, les complications arrivèrent. les souffles s’accéléraient, ainsi que les mouvements de lèvres. la tension entre eux atteignait une sorte de paroxysme que personne ne pouvait arrêter. il avait une main posé sur chacune de ses hanches, et elle décida d'amener ses mains à son visage, à sa tignasse brune. terrible fragilité de l'âme. douce perversité de l'être humain. elle se laissait prendre au jeu, fourrageant ainsi ses cheveux. elle y prenait un malin plaisir, tout en accélérant le rythme. elle fit passer une jambe au dessus de celle d'azias et vint s'installer à califourchon sur lui. il encerclait sa taille avec force, elle lui agrippait d'autant plus les boucles blondes. elle n'osait ouvrir les yeux, de peur de réaliser qu'elle faisait une erreur. elle le savait déjà, mais le voir aurait été un réel choc. pour le moment, elle profitait. elle profitait de cet interdit qu'elle avait toujours rêvé de briser. un fantasme qu'elle n'avait jamais réussi à assouvir; jusqu'à aujourd'hui. et, finalement, ils arrivaient à bien s'entendre. peut être était-ce l'alcool, peut être était-ce le destin, mais en attendant, ils étaient là, soudés par les lèvres, à prendre juste l'air pour subsister. et puis, sinead revint à la réalité. elle ouvrit les yeux.
un frisson te parcourut l'échine, rien qu'à y repensais. tu ouvrais la porte. il te regardait, de ce regard de feu, te dévisageait, toi et tes jours rouges. salut. classique, mais efficace. tu t'appuyais sur la porte, les jambes tremblantes. salut. que fais-tu ici? la question paraissait simple. et pourtant, les réponses pouvaient être telles que tu hésitais à la poser. il te regardait, puis regardait l'intérieur des lieux. je peux entrer? tu hochais de la tête. évidemment, qu'il pouvait. ses lieux étaient aussi les siens. tu ouvrais la porte en grand et le laissais passer. une fois entrée, tu refermais la porte derrière toi, fermais à clef, soupirais. comment allais-tu gérer? tu te retournais, fermant son peignoir sur ton corps et le suivait dans le salon. il regardait autour de lui, ce que tu n'osais faire. de peur de te souvenir, de peur de le revoir partout où ton regard serait. je suis venu t’annoncer que briséis revient en ville. elle s’installe chez moi. tu relevais les yeux, t'arrêtais de marcher. tu te bloquais sur place. briséis? comme briséis luciani? comme la soeur de.. tu n'arrivais pas à prononcer son nom. pas à voix haute. elle te manquait trop. je dois m'asseoir. dans l'urgence, de peur de tomber dans les pommes, tu te précipitais sur le canapé. tu t'affalais. tu respirais. ton souffle était court. comment ça, briséis venait-elle s'installer ici? était-elle masochiste à ce point? pourquoi revenir sur les traces de sa soeur défunte? mais.. pourquoi? pourquoi venir ici? c'est insensée.. nous qui voulions partir.. avant ce dernier intermède. vous qui vouliez quitter la ville pour oublier ce souvenir. ou du moins, vous en éloigner. car c'était trop dur à supporter. vous qui n'arriviez pas à avancer; et elle qui venait s'installer. insensé. et puis, les priorités te revinrent. comment elle va? comment elle le vit? et le plus important: comment vas-tu, azias? tu t'étais posée cette question des milliards de fois, depuis la dernière fois. tu ne savais comment lui demander sans en revenir à ce baiser. tu évitais son regard, tu fuyais ses oeillades. tu avais honte de tes actes. mais, la proximité d'aujourd'hui allait-elle avoir une influence sur vos envies?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azias Lincoln

avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 91
AVATAR : julian morris
PSEUDO : melaluly (mélanie)
CREDITS : (av) charney (signa) solosand (lyrics) maps by maroon 5
AGE : vingt-huit ans.
ACTIVITÉ : au chômage
BUCKET LIST : azead + aza + azéis + athias

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: néant intergalactique
RELATIONS:
MULTINICKS : jeene, l'ensorcelleuse

MessageSujet: Re: azead + stay with me   Dim 23 Nov - 19:06

I don't want you to leave, will you hold my hand? ∞ Ta déclaration eut l’effet de l’interloquer car tu la vis plus que surprise. Tu ne pouvais pas la blâmer pour cela, toi aussi t’avais été surpris quand la jeune demoiselle Luciani t’avait annoncé son retour. Pas que ça ne te plaisait pas mais que venait-elle faire de nouveau à Ravenel, rien ne la retenait ici ? Elle voulait voir la tombe de sa sœur, d’accord mais de là à rester, c’était tout de même une grande différence. « Briséis ? Comme Briséis Luciani ? Comme la sœur de.. » Oui parfaitement la sœur de ta Cysalie. Tu n’en connaissais pas d’autres de toute manière. En tout cas tu remerciais le ciel qu’elle n’ait pas prononcé le nom de ta femme, c’était trop… tôt ? Ça te semblait particulièrement déplacé et tu n’aimais pas du tout cela, la tournure des événements. Stop. Tu ne veux pas penser à tout cela. « Je dois m'asseoir. » Oh ? Avant que tu ne puisses faire la moindre intervention, elle se précipita sur le canapé. Tu pouvais qu’elle n’allait pas bien et tu aurais voulu la soulager mais tu n’avais aucune idée de ce que tu pourrais faire pour l’aider. Tu ne savais pas pourquoi ça la mettait dans un tel état mais elle allait sûrement t’expliquer. Là alors, tu pourrais faire quelque chose. « Mais... Pourquoi ? Pourquoi venir ici ? C'est insensé... Nous qui voulions partir... » Ah oui, votre désir de partir où ? Vous n’en saviez à rien, vous n’aviez pas choisi un endroit. Seulement vous aviez juste pensé partir vers l’inconnu, vers un endroit neuf. Un endroit où il n’y aurait pas tous ses souvenirs. Peut-être que c’était le seul moyen d’avoir la chance de continuer à vivre, à s’en remettre. Puisqu’ici, à Ravenel ça ne donnait rien. Mais tout ça avait été remis à plus tard après… votre récent « écart ». Quel vilain mot pour désigner les choses mais il t’était impossible d’en parler objectivement. Déjà parce que l’acte en lui n’avait rien d’objectif. Il s’était fait sur le moment, sur une pulsion parce que vous en aviez éprouvé le besoin.

Tu continuais de la regarder assise sur le canapé. Tu te décidas même à te rapprocher, à t’asseoir à côté d’elle tout en gardant une distance que tu jugeas respectable. Pas question de vous retrouver trop près, en tout cas pas tout de suite. « Comment elle va ? Comment elle le vit ? Et le plus important : comment vas-tu, Azias ? » Ton visage se contracta. Comment tu allais ? Elle ne voulait sûrement pas le savoir, en tout cas pas la vérité. Sauf qu’Azias n’était pas très bon menteur. Et tu devenais un peu un rancunier. Si ça l’intéressait tant que cela, pourquoi était-elle partie ? « A ton avis comment je vais ? » Ton ton était sec, preuve que tu lui en voulais. Tu comprenais qu’elle est fui dans un premier temps mais de là à emménager de nouveau dans son ancien appartement, ne plus donner de nouvelles. Non, là tu ne comprenais plus. Tu avais tes mauvais côtés comme tout le monde et là, ils ressortaient. Tu aurais pu continuer à lui faire des reproches mais tu choisis plutôt de changer de sujet et de revenir à Briséis. « Briséis va bien, en tout cas elle allait bien la dernière fois que je l’ai eu au téléphone. Elle veut voir la tombe, pour le reste, j’en sais rien. » Tu aurais pu faire remarquer que c’était étonnant que Sinead n’en sache rien, après tout, les deux jeunes femmes étaient censées être proches mais ça ne te regardait pas. Tu avais appris avec le temps qu’il ne fallait jamais se mêler des histoires de fille. « En tout cas, elle peut rester autant qu’elle veut, elle sera toujours la bienvenue chez moi. » Est-ce qu’inconsciemment tu essayes de la rendre jalouse ? Peut-être, t’es capable de le dire. Pour toi tu l’informes juste et puis en même temps le message s’adresse également à elle. Elle sera toujours la bienvenue chez toi. Tu te sens obligé de le lui rappeler : « Il en va de même pour toi. » Tu essayes de chercher ses yeux mais tu ne les trouves pas. De toute façon, elle ne te regarde plus depuis que tu as franchi la porte. Des étrangers, tu le vois bien que c’est ce que vous devenez. Quel gâchis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinead Fraser
QUEEN OF HEARTS AND KING OF SPADES
avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 46
AVATAR : lily aldridge la magnifique.
PSEUDO : borealis. (clémence)
CREDITS : crick.
AGE : vingt-huit années.
ACTIVITÉ : avocate internationale dans la gestion de patrimoine immobilier.

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: widow.
RELATIONS:
MULTINICKS : francis et ruth.

MessageSujet: Re: azead + stay with me   Mar 25 Nov - 10:16

don't tell me cause it hurts. ∞ il venait s'installer à coté de toi. comme si de rien n'était. comme si vous n'aviez pas souillé votre amitié à votre dernière discussion. comme si pour lui, rien de tout cela n'avait compté. tu en étais presque blessée, mais tu t'y attendais. il était bourré à ce moment-là, se souvenait-il ne serait-ce que ce qu'il s'était passé? il savait en tout cas que tu avais pris tes distances, pour pouvoir réfléchir. savait-il pourquoi? tu n'irais pas jusqu'à lui demander, ça non. s'il voulait en parler, il viendrait de lui même; ce qu'il avait fait. mais tu ne t'attendais pas du tout à la nouvelle qui suivait. briséis, ta tendre et douce briséis, était arrivée en ville. celle à qui tu n'avais surement pas parlé depuis tes vingt-cinq ans, celle qui avait quitté ravenel pour vivre la grande vie new-yorkaise; celle qui t'avait toujours prise pour un modèle. là voilà qui venait régler ses comptes et soulager son coeur dans cette petite ville. tu n'étais pas sure de l'accueil qu'elle te réserverait, mais le sujet n'était pas là. tu avais le regard fuyant, la moue déconcertante. tu n'osais pas le regarder, tu n'osais pas ne serait-ce que tourner ta tête de son coté. tu avais honte de ce que tu avais fait. tu avais honte d'avoir laissé parler ton corps et tes pulsions, tu avais honte qu'il ne t'ait pas retenu avant que tu partes. à ton avis comment je vais? ce ton arrogant et dédaigneux ne te plaisait pas. après tout, c'était lui qui avait commencé et c'était lui qui n'avait pas assumé. s'il te plait, évites ce ton réprobateur avec moi, j'ai déjà assez donné. il voulait la jouer mauvaise foi? elle pouvait le faire aussi. même si cela lui coutait. la seule chose que tu voulais faire, c'était te blottir contre son torse et ne plus jamais s'en détacher. jouer les pandas accroché à son bambou pour l'éternité. ne plus avoir à le quitter. plus jamais. les quelques semaines que tu avais seule avait été un supplice. sans lui, ton monde n'avait plus le même sens, n'avait plus la même saveur. tu n'avais plus à se tenir bien, tu n'avais plus de raison de te lever le matin. tu étais là, dans cet endroit sordide de tous tes souvenirs, à tourner en rond comme une âme égarée. briséis va bien, en tout cas elle allait bien la dernière fois que je l’ai eu au téléphone. elle veut voir la tombe, pour le reste, j’en sais rien. tu plissais le nez. comme ça, il savait souvent au téléphone? et il ne t'en avait jamais touché un mot? tu étais vexée. tu croisais les bras sur ta poitrine. heureuse de l'apprendre. et donc elle s'installe où? chez toi? tu rigolais jaune. elle qui t'a toujours bouffé du regard, voilà qu'elle sera servie.. oublies de t'habiller, elle restera plus longtemps pour s'occuper de toi. tu étais énervée, les larmes aux bords des yeux. tu ne controlais plus tes excès de rages, tes excès de jalousie, de colère. tout était sur-exprimé depuis leur départ. en tout cas, elle peut rester autant qu’elle veut, elle sera toujours la bienvenue chez moi. tu réprimais un léger rire. évidemment. elle était la copie conforme, en plus jeune, de cysalie. comment pouvait-il dire non? il en va de même pour toi. tu fermais les yeux. ton visage tiraillait par l'incompréhension, par la douleur. tu ne savais plus quoi faire, quoi dire. comment réagir. tout cela t'était étranger. tu ne savais. et un flot de sensations, toutes plus désagréables les unes que les autres, commençait à te monter aux lèvres. tu les sentais frémir, tu les sentir s'agiter. tu contractais tes muscles, pour les crisper et éviter une quelconque maladresse. tu ne voulais pleurer, tu ne voulais hurler. tu devais t'en empêcher. c'est alors que tu te laissais tomber sur le coté, vers lui, atterissant contre lui et contre ce torse auquel tu pensais déjà il y a une demi-dizaine de minutes. tu restais là, appuyée contre lui, jusqu'à laisser tes bras l'entourer et le serrer contre toi. tu avais mal. il avait mal. il te manquait terriblement. tu enfouissais ton visage contre lui, réprimant encore et toujours tes larmes, tes sanglots, tes hurlements de désespoir. tu avais besoin de temps, pour te ré-équilibrer. je suis désolée azias.. tellement désolée.. tu te redressais, t'éloignant légèrement de lui. tu ne voulais pas retrouver cette proximité qui vous avez induite en erreur quelques temps plus tôt. vous ne pouviez fauter une nouvelle fois; même si tu en avais terriblement envie. mais après tout ce qu'il s'est passé.. je ne me sens plus à ma place dans ton appartement, dans votre appartement.. ni même ici. tu avais les yeux toujours fermés, pour ne pas voir son regard inquisiteur, cette dureté dans ses yeux. tu avais besoin d'imaginer la douceur de sa compassion et le mielleux de sa voix, te disant que tout irait mieux. pour une fois, c'était bien toi qui avait besoin de lui. tu avais besoin de l'entendre te dire ce que toi tu lui avais dit pendant quatre mois. tu peux rester avec moi, aujourd'hui..? c'était une question assez atypique, étant donné le début de conversation que vous aviez. je crois que j'ai besoin de toi, un petit peu.. tu ne voulais pas l'affoler, mais oui tu avais terriblement besoin de sa présence à lui. personne n'aurait pu te faire autant de bien que lui et sa voix, lui et son torse sur lequel tu pouvais t'affaler, lui et son coeur qui battait encore. et c'est alors que tu ouvrais les yeux et les relevais vers lui. il te regardait, avec ces deux billes noires. tu en frissonnais. il avait le regard des jours morts. ce manque évident de vie et de désir. tu détestais le voir ainsi. quand est-ce que briséis arrive? dans les jours à venir où elle est déjà là? tu n'étais pas sure de toi, mais tu te devais de changer de sujet. ne serait-ce que pour pouvoir détourner le regard du sien; ce que tu fis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azias Lincoln

avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 91
AVATAR : julian morris
PSEUDO : melaluly (mélanie)
CREDITS : (av) charney (signa) solosand (lyrics) maps by maroon 5
AGE : vingt-huit ans.
ACTIVITÉ : au chômage
BUCKET LIST : azead + aza + azéis + athias

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: néant intergalactique
RELATIONS:
MULTINICKS : jeene, l'ensorcelleuse

MessageSujet: Re: azead + stay with me   Jeu 27 Nov - 23:10

I don't want you to leave, will you hold my hand? ∞ « Heureuse de l'apprendre. Et donc elle s'installe où ? Chez toi ? Elle qui t'a toujours bouffé du regard, voilà qu'elle sera servie... Oublie de t'habiller, elle restera plus longtemps pour s'occuper de toi. » Serait-ce une pointe de jalousie ? Si seulement mais tu te sens avant tout une attaque envers ta personne. Cette dernière phrase, tu n’étais pas un gigolo ! Et puis en plus, elle était la petite sœur de Cysalie, comment pouvait-elle dire ce genre de choses. Toi-même, tu la vois comme ta petite sœur, jamais tu ne pourrais nourrir de tels sentiments avec elle. Et coucher avec elle, rien que cela te donner la nausée. C’était comme si tu couchais avec ta sœur. T’as bien envie de l’envoyer chier mais au lieu de cela, tu parles plutôt qu’elle vient chez toi et qu’elle peut rester autant qu’elle veut, tout comme elle. Sinead pourquoi ne reviens-tu pas ? Tu promets de ne plus jamais la toucher, tu veux bien l’écrire sur un papier officiel si c’est ce qu’il fallait pour qu’elle revienne. C’est ça qu’elle voulait ? Alors qu’elle le dise, tu le ferais. Mais alors que tu es au fond du gouffre, en plein dans le désespoir, elle se laisser aller tout contre toi. Tu sens son visage tout contre ton torse, son poids sur tes jambes et tu es tellement heureux. Elle entoure ses bras autour de ton corps et tu fais de même. Oh toute cette distance, c’était beaucoup trop. Ainsi positionnés, il te semble que vous êtes bien mieux, que vous devriez être toujours ainsi. Tu ne veux pas repartir sans elle, tu t’en fais la promesse. Ça n’a pas de sens qu’elle reste là, pourquoi ne l’accepte-t-elle pas ? Tu as arrêté de luter toi. « Je suis désolée Azias... Tellement désolée... » Et elle s’éloigne encore. Tu n’opposes pas de résistance alors que tu aurais pu. Tu aurais largement pu la retenir, même si t’es pas au top de ta forme, tu restes bien plus fort qu’elle. Mais la vérité c’est que tu ne veux pas la forcer. Tu veux qu’elle soit d’accord, sinon à quoi bon ? Tu n’es pas un kidnappeur mais peut-être qu’il fallait commencer y penser. « Mais après tout ce qu'il s'est passé... Je ne me sens plus à ma place dans ton appartement, dans votre appartement... Ni même ici. » Tu ne peux pas quitter ton appartement, certes il respire Cysalie de partout mais c’est aussi pour ça que tu ne peux pas le quitter. C’est chez toi, si tu pars, que restera-t-il ? Tu aimes ton appartement, tu aimes VOTRE appartement. Et bien sûr tu veux Sinead mais chez TOI. Tu comprends son ressenti mais tu as besoin qu’elle passe au-dessus, tu as besoin qu’elle revienne tout simplement. N’en vaux-tu pas la chandelle ? Tu espères que si.

Elle a toujours les yeux fermés. Pourquoi ? Tu es capable de donner tout un tas d’interprétation à ce petit geste alors tu préfères ne pas te fixer sur une précise. Tu as besoin qu’elle t’éclaire, qu’elle te guide. « Tu peux rester avec moi, aujourd'hui..? » Ta bouche fit un « o » de surprise. Tu ne peux pas t’en empêcher, après tout cela elle veut que tu restes ? Evidemment que tu veux rester mais tu ne t’attendais pas à ce qu’elle t’en fasse la demande expressément. « Je crois que j'ai besoin de toi, un petit peu… » Ton expression reste la même. Elle ne comprend, elle inverse même les situations. C’est toi qui a besoin d’elle et pas qu’un peu. C’est constant. T’as besoin d’elle le jour, la nuit, la semaine et le weekend, qu’il fasse beau, mauvais, qu’il vente ou qu’il neige, que tu sois sobres ou complètement pété ; tu peux continuer la liste indéfiniment. Sinead est ton dernier espoir, elle ne peut pas t’abandonner maintenant. Non pas après que tu sois si près de la rémission. Néanmoins tu ne peux pas penser à toi là, tu dois penser à elle alors tu lui réponds : « Je reste. » Tu le penses et tu veux rester de toute façon. « Quand est-ce que Briséis arrive ? Dans les jours à venir où elle est déjà là ? » Pourquoi parlait-elle, encore ? Tu adores Briséis mais franchement tu n’as pas tellement envie de parler d’elle mais soit. « Non, elle arrive samedi. » Tu fais une pause avant d’oser cette remarque : « Tu pourrais venir la chercher avec moi. » Mais tu sens bien que ça va la mettre mal à l’aise. Tu comprends bien mais au bout d’un moment, tu ne peux pas la laisser te filer entre les doigts de cette manière. Toi aussi tu es mal pour la dernière mais tu es encore plus mal parce qu’elle n’est plus avec toi. Tu en assez d’être mal continuellement. Tu veux autre chose.

« Tu peux pas rester toute seule ici. » Ça t’échappe comme un cri du cœur. Tu ne peux taire ce que tu ressens. Tu es aventurier, aujourd’hui tu oses. « Moi aussi j’ai besoin de toi, c’est complètement ridicule que tu ne reviennes pas. » Non, ça ne l’était pas. Tu le sais très bien mais tant pis, tu as besoin de rogner un peu la vérité pour parfaire ton argumentaire. « Promets-moi que tu reviens t’installer chez moi aujourd’hui. Dis-moi ce que je dois faire pour que tu reviennes. » Tu étais capable de tout à ce moment-là. Elle n’avait qu’à demander, tu t’exécuterais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sinead Fraser
QUEEN OF HEARTS AND KING OF SPADES
avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 46
AVATAR : lily aldridge la magnifique.
PSEUDO : borealis. (clémence)
CREDITS : crick.
AGE : vingt-huit années.
ACTIVITÉ : avocate internationale dans la gestion de patrimoine immobilier.

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: widow.
RELATIONS:
MULTINICKS : francis et ruth.

MessageSujet: Re: azead + stay with me   Sam 29 Nov - 15:35

don't tell me cause it hurts. ∞ tu t'en voulais d'avoir laissé échapper de tes lèvres tes dires sur briséis. tu l'adorais, mais le simple fait qu'elle puisse rester auprès de ton azias te perturbait. tu le savais qu'elle avait toujours rêvé de l'avoir dans sa famille, et pas seulement par union avec sa soeur; plutot avec elle. et cela t'avait toujours fait doucement rire, jusqu'à aujourd'hui. la situation complétement cocasse dans laquelle vous vous trouviez était loin de te faire rire. car tu n'aimais pas la tournure que cela prenait. car tu n'aimais pas la facilité qu'avait briséis de s'imiscer à nouveau dans cette vie déjà bien trop difficile à supporter. n'avait-elle donc pas compris qu'elle était vecteur de son souvenir? elle et sa blondeur de blé, elle et ses yeux bleutés? elle était le portrait craché de sa tendre soeur bien aimée. et eux, pauvre fou qu'ils étaient, devaient l'accepter pour leur plus grande souffrance. c'était dure. elle ne comprenait pas, elle était jeune et ne semblait pas se rendre compte de la perte qu'elle venait de connaitre. mais eux, si. eux avaient perdu leurs amis. eux avaient perdus leurs amants. eux se retrouvaient seuls, là, tout deux, sans savoir quoi faire.quand tu ouvrais les yeux, il avait cette expression impassible sur le visage. ce masque, cette image qui ne lui allait pas. tu le savais tiraillé de l'intérieur, tu l'avais vu se détruire pendant plusieurs mois. comment arrivait-il aujourd'hui à tenir bon alors que toi, tu commençais doucement à flancher? c'était le monde à l'envers. mais au final, c'était bien. car tu avais besoin de lui, autant qu'il avait eu besoin de toi. je reste. tu soufflais. de joie, de soulagement. tu n'allais pas passer cette journée seule. tu lui souriais doucement, rapidement. merci. tu ne savais que dire de plus. tu ne voulais pas en faire trop. et puis, il rebondit sur le sujet briséis. celui-ci te hérissa l'échine. non, elle arrive samedi. tu haussais un sourcil. aussi tôt? tu n'en revenais pas. tu ne disais rien, hochant simplement la tête. tu ne voulais pas déraper plus à son sujet. il continuait. tu pourrais venir la chercher avec moi. ton visage se fissurait en une grimace. tu étais tiraillée. tu avais envie de l'accompagner, mais aussi tu avais peur du rejet de la jeune femme. car oui, tu n'avais pas pris de nouvelles d'elle depuis longtemps. tu étais fautive, même si elle non plus n'avait pas fait beaucoup d'effort pour entretenir votre relation épistolaire. on verra. je ne suis pas sure qu'elle ait très envie de me voir.. tu déviais le regard. elle a bien plus envie de te vois, en tout cas. tu contractais la mâchoire. tu détestais cette idée là. et puis, de but en blanc, il se remet à te regarder avec cette intensité qui t'avait jadis fait succomber. il te scrute du regard, attendant une réponse à sa dernière déclaration. tu ne peux pas rester toute seule ici. tu prends une grande inspiration. il t'empêche de répliquer tout de suite. moi aussi j’ai besoin de toi, c’est complètement ridicule que tu ne reviennes pas. promets-moi que tu reviens t’installer chez moi aujourd’hui. dis-moi ce que je dois faire pour que tu reviennes. tu déglutis. tu ne savais que dire. azias.. tu déviais une nouvelle fois le regard et t'éloignais un peu de lui. tu soupirais. ne rends pas cela plus compliqué que cela ne l'est déjà. tu fixais le sol. briséis sera là, elle occupera le vide de ton appartement. ça ira mieux à partir de là, je te le jure. tu eux un sourire léger. et moi, je m'en sortirais. j'arriverais à m'accomoder du vide de cet espace. je vais redécorer, redonner un peu de vie et j'inviterais des amies.. tu ne songeais même pas à ce qu'un autre homme puisse rentrer ici. il n'y avait que lui et siméon qui pouvait entrer en ces lieux. ou alors un gentil monsieur qui aimaient les autres monsieurs. mais une conquête ne passerait pas le pas de ton appart. tu laissais quelques secondes de silence, car tu trouvais que cela était bien venu. tu avais besoin de te remettre les idées au clair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azias Lincoln

avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 91
AVATAR : julian morris
PSEUDO : melaluly (mélanie)
CREDITS : (av) charney (signa) solosand (lyrics) maps by maroon 5
AGE : vingt-huit ans.
ACTIVITÉ : au chômage
BUCKET LIST : azead + aza + azéis + athias

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: néant intergalactique
RELATIONS:
MULTINICKS : jeene, l'ensorcelleuse

MessageSujet: Re: azead + stay with me   Ven 5 Déc - 22:56

I don't want you to leave, will you hold my hand? ∞ « Azias… » T’avais pas besoin de plus pour savoir que ce qui allait suivre n’allait pas te plaire. Elle n’allait pas revenir, n’est-ce pas ? Alors, comme tous les autres, elle lâchait l’affaire. Elle te lâchait toi. Comment… ? Ça te faisait tellement mal au cœur. Les autres, tu comprenais, tu l’avais même cherché mais elle… Elle était ton dernier espoir, si elle te laissait, tu n’étais plus bon à rien et d’une manière définitive. Comment ne voyait-elle pas que tu avais tellement besoin d’elle ? Ton désarroi n’était-il pas assez expressif ? Fallait-il que tu la supplies encore plus ? Que tu tentes de mettre fin à tes jours ou du moins de lui faire du chantage affectif pour qu’elle revienne ? L’homme désespéré que tu étais pouvait le faire bien que ça serait le summum de la dégradation. Mais s’il ne te restait que cela, alors tu t’exécuterais, si telle était sa volonté. Tu étais prêt à tout, ce n’était pas une vague promesse. C’était du solide. « Ne rends pas cela plus compliqué que cela ne l'est déjà. » Qu’est-ce qu’il y avait de compliqué dans ta demande ? Tu voulais simplement que tout soit comme avant, qu’elle revienne. Ce n’était pas compliqué, au contraire ça te paraissait tellement simple. C’était elle qui compliquait les choses en s’enfermant dans cet appartement. Elle aurait dû le vendre, voilà ce que tu pensais. Tu te mettais à détester ces lieux qui ne faisaient que l’éloigner de toi, qui te privais d’un certain bonheur en fait. Pendant une fraction de secondes, tu te dis que tu aurais été capable de tout casser pour le rendre inhabitable. « Briséis sera là, elle occupera le vide de ton appartement. Ça ira mieux à partir de là, je te le jure. » Mais qu’est-ce qu’elle était en train de dire ? N’importe quoi ! Voilà ce qu’elle racontait, des bêtises. Des bêtises qui t’énervaient au plus haut point. Comment pouvait-elle dire que Briséis allait occuper le vide ? Ce n’était pas un vide qui était à combler, ce n’était pas ce dont il s’agissait. Sinead n’avait pas occupé un vide dans ta vie. Tu ne cherchais pas une remplaçante à Cysalie ou quelqu’un pour occuper cet appartement trop grand uniquement pour toi. Et puis même comment pouvait-elle rabaisser Briséis de la sorte et elle-même indirectement ? C’est ça qui te mettait en rogne et le fait que pour elle la solution magique était l’arrivée d’une autre femme. C’était complètement stupide. Non mais franchement ! Ton envie de tout casser s’intensifier. Tu voulais répondre mais elle ne t’en laissa pas le temps : « Et moi, je m'en sortirais. J'arriverais à m'accommoder du vide de cet espace. Je vais redécorer, redonner un peu de vie et j'inviterais des amies... » « Arrête. » Tu ne pouvais plus l’entendre raconter toutes ces conneries. STOP.

Tu te retenais vraiment de casser quelque chose. Tu t’étonnais toi-même de ressentir autant de violence. Pourtant tu ne pus te retenir d’envoyer un coup de poing dans le canapé. « Non mais tu t’écoutes ? » Cri désespéré pour essayer de lui faire prendre conscience de l’absurdité de ses propos. « Moi ne pas rendre les choses plus compliquées ? TU les rends plus compliquées ! » Ta colère se déversait sur elle. Elle n’avait très certainement pas envie d’entendre tes reproches mais tant pis, tu avais besoin que ça sorte, tu avais besoin qu’elle les entende. Peut-être que c’était l’unique moyen de la faire réagir après tout. « Et qu’est-ce que tu me racontes ? Briséis va venir remplir le vide. Tu crois que c’est une question de vide ? Mais n’importe quoi. Que Briséis habite chez moi ou pas ne change rien en tout cas pas en ce qui nous concerne. » Tu fis une rapide pause avant de continuer de plus belle. « Tu crois qu’elle peut prendre ta place ? Mais tu délires. Et tu vas redécorer ? » Tu ris ironiquement. « Oh c’est vrai, une nouvelle décoration suffit à tout aille mieux. Tu feras des après-midis thés avec tes copines. Excusez-moi de nuire à ses fabuleux projets et de les trouver complétement débiles. » Tu te levas, trop énervé pour rester en place. Non mais franchement pourquoi tenait-elle tant à rester loin de toi ? Evidemment qu’au fond de toi, tu savais. Seulement le reconnaître ça faisait mal, ça amenait des sentiments contradictoires à la surface et surtout à en parler. Tu t’appuyais contre une étagère essayant de te calmer avant de dire faiblement : « C’est à cause du baiser, c’est ça ? » Tu lui faisais du dos et tu préférais qu’il en soit ainsi. De cette manière, elle ne voyait pas à quel point ce souvenir te tourmentait. Tu t’en voulais d’avoir eu du plaisir et de souhaiter que ça recommence encore. Tu t’en voulais à cause de Cysalie, de Siméon et de Sinead. Ça ne se pouvait pas, tu le savais bien. Mais alors quoi ? Tu ne pouvais pas lui dire cela. Sinon elle n’allait jamais revenir. Non à la place tu te contentas d’ajouter tout aussi fébrilement : « Me laisse pas Sin, ne m’abandonne pas toi non plus, je t’en prie… » C’est l’appel à l’aide d’un homme qui n’en peut plus, qui a besoin de l’autre mais aussi quelque part d’un homme qui aime et qui n’en n’a pas vraiment conscience lui-même. Et pourtant, les yeux brillants, Azias, tu étais au bout du rouleau. A deux doigts de t’effondrer si jamais elle te disait non encore. Tu ne pouvais pas l’entendre ce non et encore moins vivre avec. Qu’elle se rétracte, bon Dieu, faîtes qu’elle se rétracte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: azead + stay with me   

Revenir en haut Aller en bas
 
azead + stay with me
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊹ TIES THAT BIND :: RAVENEL, SC, USA :: QUINBY FALLS :: Residential Area-
Sauter vers: