AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 aza + les piliers du bar.

Aller en bas 
AuteurMessage
Azias Lincoln

avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 91
AVATAR : julian morris
PSEUDO : melaluly (mélanie)
CREDITS : (av) charney (signa) solosand (lyrics) maps by maroon 5
AGE : vingt-huit ans.
ACTIVITÉ : au chômage
BUCKET LIST : azead + aza + azéis + athias

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: néant intergalactique
RELATIONS:
MULTINICKS : jeene, l'ensorcelleuse

MessageSujet: aza + les piliers du bar.   Dim 23 Nov - 22:27

one bourbon, one scotch, one beer ∞ Tu sifflotes tranquillement alors que tu te diriges vers ton rendez-vous (quasi) quotidien : le wicked lady. Un bar, évidemment où tu viens dépenser ton argent sans compter car on ne comptait pas quand il s’agissait de son bon plaisir. Car oui allait au bar te faisait plaisir. Plus tu corrompais ton esprit avec le rhum et plus tu avais l’impression de flotter et de perdre pied mais d’une bonne manière selon toi. Oui car enfin, ta peine semblait rester au sol pendant que tu flottais. C’est ce sentiment de plénitude que tu venais chercher et ton tabouret au bar qui t’attendait toujours. Car si on te piquait TON tabouret à TON bar, ça serait le carnage. T’étais prêt à te battre pour ta place. Seuls les meilleurs étaient toujours là. Vous étiez un clan, chacun se connaissait. Chacun savait les problèmes des autres mais personne ne jugeait. Non, autour du bar, les piliers venaient chercher du bonheur en barre. Ce que tu faisais, c’était sûrement mal mais personne ne te jugeait. T’aimais le bar, les gens, les serveurs. Ah tu les connaissais tous, ils te connaissaient aussi. Si bien, que t’avais de moins en moins de réclamer à nouveau un verre. Ils connaissaient tes fréquences et ça, ça c’était la reconnaissance ultime. Quand un vendeur connaissait les habitudes de son client, c’était qu’il était fidèle, qu’une relation se nouait. Et toi tu l’aimais beaucoup le personnel du Wicked Lady, toujours charmant ! Quand l’heure de fermeture approchait, ils te viraient mais toujours gentiment. Souvent, quelqu’un te raccompagnait à la porte. Tu trouvais ça particulièrement gentil de leur part. Ils étaient pas obligés. Ils auraient pu appeler les gros bras, hein. Mais non, jamais. Faut dire t’es pas non plus un mec violent même quand t’as bu, non plus le monsieur propre sur toi. T’es charmant, tout le monde s’accorde là-dessus. T’as des mauvais côtés bien sûr mais c’est normal, tout le monde en a.

Enfin te voilà arrivé au bar, tu pousses la porte et entre. Sourire aux lèvres tu t’adresses à la serveuse : « Kelly, sors ta meilleure bouteille de rhum et resservait donc la demoiselle juste là. » Tu montres évidemment ta meilleure amie de comptoir, Cora Forbes. Tu t’assois sur le tabouret voisin au sien tandis qu’un verre rempli de rhum s’installe devant toi. « Merci bien. » Toujours poli et courtois, tu y tiens. Tu bois une gorgée avant de te retourner vers Cora. « Cora, toujours au rendez-vous mais je n’en n’attendais pas moins de toi. C’est une belle journée aujourd’hui, je dois bien avouer que je me sens pas trop mal. Et toi comment vas-tu ? » Oui t’allais pas trop mal aujourd’hui. Pourquoi exactement ? Tu ne saurais le dire. Car en plus de cela, ta vie était particulièrement misérable ces derniers temps mais peut-être que tu t’habituais à la misère et que de cette façon, elle te paraissait moins triste ? Ouais c’était peut-être ça. Va savoir, de toute les manières ça ne t’empêchait pas d’aller au bar. Pour te tenir loin du bar, il en fallait beaucoup plus que ça. Oh oui beaucoup plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cora Forbes

avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 207
AVATAR : Troian flawless Bellisario
PSEUDO : spf, emma.
CREDITS : foxes (ava) ; little wolf (sign).
AGE : 26 y.o.
ACTIVITÉ : doing research for people. ex-intern in surgery.
BUCKET LIST : buy some tequila ~ and also new sheets ~build a house in chocolate and live inside ~ put back the pieces of her brokenheart ~ call her big bro.

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: heart broken
RELATIONS:
MULTINICKS : bash.

MessageSujet: Re: aza + les piliers du bar.   Lun 24 Nov - 21:11

one bourbon, one scotch, one beer ∞ Les journées sont longues et les occupations peu nombreuses pour Cora. Autrefois, quand elle était interne en chirurgie, ses journées commençaient entre quatre cinq heures. Parfois, ses gardes duraient vingt-quatre heures ou quarante-huit - elle pouvait même aller jusqu'à soixante-douze heures sans rentrer chez elle, juste attraper quelques heures de sommeil ici et là. C'était épuisant mais plus que satisfaisant. Maintenant, elle n'a plus de travail, juste du temps libre pour repenser à ses baisers qui avaient toujours un arrière-goût de médicament mais donnés avec une tendresse qui lui donnait l'impression de pouvoir flotter. L'homme de sa vie mort - mort et enterré et elle n'a rien à faire pour se changer les idées. Elle survit à peine financièrement. Néanmoins, entre la pauvreté et l'ennui, Cora choisi la pauvreté sans hésiter. Elle essaie de sortir mais la journée est devenu son ennemi, sa némésis. La journée, les gens travaillent, ils sont pressés. Elle, elle erre sans but dans les rues de Ravenel, le coeur en miette et l'envie de disparaître. Aussi, dès que la nuit tombe, elle attrape ses clés et sa veste - après avoir mangé un reste réchauffé de macaronis au fromage - et sort de chez elle pour se rendre dans un bar. Lequel ? Ca n'a pas d'importance, il y en a des dizaines à Ravenel et Cora les écume de soir en soir. Là-bas, elle oublie le désastre qu'est devenu sa vie. Là-bas, elle retrouve cette sensation de flotter et elle tente de trouver quelque chose. N'importe quel psy lui dirait que ce n'est pas en embrassant le premier venu et en finissant la nuit chez lui qu'elle y arrivera - elle risque tout au plus de se faire assassiner dans son sommeil. Mais c'est ça le truc, Cora n'en a plus rien à faire.

Dernièrement, elle se rend chaque soir au bar The Wicked Lady. Un parce qu'elle aime bien le nom. Deux, parce qu'elle s'est fait un ami. Ca semble niveau maternel mais Azias est un homme brisé comme elle qui comprend ce qu'elle traverse. Il boit autant qu'elle, la fait resservir quand son verre est plein et ne l'emmerde pas avec des paroles insignifiantes comme « tu verras, tout va s'arranger. » Juste pour ça elle pourrait l'épouser - tout au fond, Cora se demande ce que ça ferait de l'embrasser. Est-ce qu'elle se sentirait mieux après ? Elle est la première à arriver ce soir là. Elle est devenue une habituée et Tom Parker ne perd pas de temps à lui offrir son première verre alors qu'elle a à peine posé ses fesses sur un tabouret, près du bar. « Ca t'avancera à rien tu le sais ça ? Je recoucherais pas avec toi. » Il lui offre un sourire en coin, rempli de promesses, persuadé qu'elle va craquer et peut-être que c'est vrai. Peut-être qu'après plusieurs verres, elle sera assez saoule pour se rappeler que les histoires de deux nuit, elle ne fait pas et elle ira avec lui pour le regretter le lendemain. Elle avale sa téquila cul sec quand Azias pénètre dans le bar. Elle lui sourit - lui qui semble être de bonne humeur. Elle le remercie pour le verre et le boit aussitôt cul sec. « Ca va toujours bien. Je ne suis jamais triste tu sais, juste baisée par la vie. » La vérité, c'est qu'elle est à neuf de douleur en permanence mais elle n'est pas prête de s'écrouler, de l'avouer à qui que ce soit. Elle fait signe pour qu'on la resserve. « Il faut juste savoir si aujourd'hui, c'est un mauvais coup ou l'orgasme de ta vie. A te voir, j'en déduis que c'est plus une journée où je prends mon pied et le fait savoir ? » demande-t-elle avec un sourire taquin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azias Lincoln

avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 91
AVATAR : julian morris
PSEUDO : melaluly (mélanie)
CREDITS : (av) charney (signa) solosand (lyrics) maps by maroon 5
AGE : vingt-huit ans.
ACTIVITÉ : au chômage
BUCKET LIST : azead + aza + azéis + athias

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: néant intergalactique
RELATIONS:
MULTINICKS : jeene, l'ensorcelleuse

MessageSujet: Re: aza + les piliers du bar.   Mer 26 Nov - 22:38

one bourbon, one scotch, one beer ∞ Cora tu la connais bien à force et pourtant elle t’étonne à chaque fois avec son franc parlé et son audace. Oh oui car elle est audacieuse à toujours dire clairement ce qu’elle veut et n’ayant aucune honte à parler de sexe. Ce n’est pas que toi-même tu sois gêné mais d’habitude, on est habitué à avoir des femmes raffinées qui n’évoquent pas le sujet auprès de personnes qu’elles ne connaissaient pas vraiment. C’est vrai, ils se voyaient souvent depuis quelques temps, fréquentant quotidiennement le même bar mais tout de même, ils n’étaient pas encore assez proches pour cela. La morale, toujours la morale qui arrive au galop. Qui aurait cru que toi, Azias Lincoln tu sois aussi vertueux… un vrai coincé en fait. Peut-être était-ce parce qu’au final, dans ta vie tu n’avais pas beaucoup connu de femmes. Tu avais été avec la même depuis tes treize ans (malgré quelques petites péripéties, on va dire) alors ce n’était pas la même chose. Vous vous connaissiez par cœur, le jeu de la séduction, tout ça, tu ne connaissais plus vraiment ce que c’était. Tu charmais ta femme tous les jours mais c’était du gâteau si l’on peut dire. « Ca va toujours bien. Je ne suis jamais triste tu sais, juste baisée par la vie. » Encore et toujours crue, sacrée Cora. Tu fais un léger sourire, qu’est-ce que tu peux répondre à cela. Tu sais très bien ce qu’elle ressent, après tout, c’est ce que tu ressens toi aussi ! Tu n’avais pas de solution miracle, si t’en avais une, ça ferait bien longtemps que tu l’aurais appliqué à ta personne. « Il faut juste savoir si aujourd'hui, c'est un mauvais coup ou l'orgasme de ta vie. A te voir, j'en déduis que c'est plus une journée où je prends mon pied et le fait savoir ? » Prendre son pied. Si seulement… Mais Azias, tu n’étais pas comme ça. Tandis qu’elle prenait « son pied » comme elle le disait si bien, toi on ne pouvait pas dire que tu mangeais de ce pain-là. Depuis la mort de ta femme, tu n’avais couché qu’avec une femme et parce qu’elle lui ressemblait… Oui c’était particulièrement pitoyable. Toi-même tu t’en voulais au quotidien mais ce qui était fait, était fait. Tu ne pouvais pas revenir en arrière, tu te prenais ça dans le visage un peu plus chaque jour.

Mais le pire, très certainement dans l’histoire c’est que maintenant voilà que tu désirais ta meilleure amie, la femme de ton meilleur décédé et l’inséparable de ta femme à toi, aussi décédée. Tout le monde arrive à suivre ? Cette combinaison, elle et toi, c’était interdit, c’était limite comme de l’inceste. Jamais de la vie, ça ne pourrait se faire, jamais de la vie, sa conscience et sa morale ne pourraient le tolérer. Et pourtant, le reste de ton corps, tes envies, tes pulsions, ton cœur n’en n’avaient strictement rien à foutre. Du coup, en toi se déroulait la troisième guerre mondiale et tu étais là tel un pantin, faisant tout et son contraire. « Tout de suite, tu sais bien que ma vie est un cauchemar ambulant et qu’une femme ne saurait l’améliorer. » Tu fis une pause, le temps de boire avant de rajouter. « Et ce n’est sûrement pas d’une partie de jambes en l’air dont j’ai besoin. » A ce moment-là, tu eus une vision de Sinead et toi en train de coucher ensemble. Tu bus le reste de ton verre alors cul-sec pour faire disparaître cette image très loin et fis signe au serveur de t’en resservir un autre. Tu souris te retournant vers Cora avant de lui dire cyniquement : « Alors est-ce que les tentatives de notre ami Tom sont fructueuses aujourd’hui ? » Etant son partenaire de comptoir, tu assistais, un peu moqueur, aux tentatives désespérés du serveur pour ravoir Cora dans son lit. Il fallait bien reconnaître que c’était assez divertissant. Bien que tu ais pitié du type au fond. Son engouement pouvait se comprendre, Cora était une belle femme et elle avait la réputation d’être un bon coup mais là, tu ne pouvais pas juger et tu n’avais pas l’intention d’être capable de le faire un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cora Forbes

avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 207
AVATAR : Troian flawless Bellisario
PSEUDO : spf, emma.
CREDITS : foxes (ava) ; little wolf (sign).
AGE : 26 y.o.
ACTIVITÉ : doing research for people. ex-intern in surgery.
BUCKET LIST : buy some tequila ~ and also new sheets ~build a house in chocolate and live inside ~ put back the pieces of her brokenheart ~ call her big bro.

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: heart broken
RELATIONS:
MULTINICKS : bash.

MessageSujet: Re: aza + les piliers du bar.   Jeu 27 Nov - 15:08

one bourbon, one scotch, one beer ∞ Cora hoche la tête à la réponse d'Azias. Ils ne parlent pas tant que ça de leurs passés, du moins pas lors de conversations à coeur ouvert ; ces conversations qui ont un goût d'infini, comme si elles pouvaient durer pour l'éternité. Non, entre eux, c'est plus des moments d'honnêté. Du moins, c'est ce que Cora ressent avec Azias. L'envie pressante de lui dire ce qu'elle ressent, de lui raconter ce qu'elle a vécu. Les mots surgissent sans qu'elle ne puisse les arrêter, grimpent dans sa gorge, roulent sur la langue et d'un coup, elle se met à vider son sac. Puis ça se stoppe, comme c'est venu, l'envie assouvie. Elle suppose que c'est aussi pareil pour Azias. En tout cas, tout ce qu'elle sait de lui est un immense puzzle, des pièces qu'elle collecte lors de leurs conversations et qu'elle associe ensemble par la suite. Alors, sans tout savoir l'un de l'autre, elle sait comment il déplore la perte de sa femme. Sa douleur, c'est celle de Cora. Ils ne réagissent pas de la même manière. Voilà tout. Azias boit et pleure son épouse disparue. Cora boit pour oublier et s'envoie en l'air dans l'espoir d'avancer. De trouver une personne qui pourrait lui faire ressentir ce sentiment de flotter de nouveau. « Qui sait ? Peut-être que tirer un coup te changerait un peu les idées. Le corps a des besoins naturels un peu comme animal. Les assouvir c'est le garder en bonne santé. » récite-elle comme si elle était encore à l'école de médecine, à travailler sur sa thèse. Elle sourit, plus pour elle-même, nostalgique du temps où elle aurait pu devenir un brillant chirurgien. « C'est ce que je me dis en tout cas. » déclare-t-elle en haussant les épaules. Elle a renoncé à tellement de choses pendant ses années à la fac et son année d'internat. Un moment, elle s'est presque rasée le crâne car elle ne supportait plus d'avoir des mèches qui lui barraient constamment le visage. Elle se privait de sexe pour se focaliser sur la médecine. Aujourd'hui, elle peut s'indulger, vivre sa vie. C'est tout ce qui lui reste, tout ce à quoi peut elle s'accrocher. Se moquer des principes de la société, des on dit et coucher avec qui elle veut, attaquer le pot de beurre de cachuète à la cuillère sans se sentir coupable ou dormir toute la journée et passer la nuit devant la télé. Ce genre de choses. Elle est sortie de ses pensées par Azias qui appelle Tom pour qu'il lui resserve un verre. Cora a fait trois shoots d'affilée, elle est contente de laisser l'alcool tomber sur ses épaules avant d'en reprendre un autre. Elle rigole, amusée par la remarque d'Azias. « Je vais devoir être proche du coma éthilyque pour ça. Il n'est vraiment pas ce que je recherche. » Elle lance un regard par-dessus son épaule pour regarder les personnes qui l'entourent et grimace quand elle ne voit personne à son goût. « A choisir, je préfère finir la soirée à boire avec toi jusqu'à m'écrouler. » Il y a peu de chances que ça arrive cependant, pense-t-elle. Cora tient trop facilement l'alcool, ça a quelque chose d'ennuyant. Elle lance un énième regard vers Tom avant de se tourner brutalement vers Azias. Là voilà encore, cette envie de vomir des mots jusqu'à en être malade. « Tu sais, c'est pas juste pour le sexe. » balance-t-elle presque brutalement. « Avec Ansel, on a fait l'amour juste une fois. Et c'était magique. Comme si mon corps devenait soudain trop petit pour me contenir, comme si j'allais exploser. C'était comme voir les étoiles. » Elle sourit en se rappelant son sourire, son regard d'émerveillent avant que son expression se torde en quelque chose de désespérée, d'amer. « Mais c'était qu'une fois. J'ai eu le droit qu'à six mois avec lui. Et maintenant il est parti et moi quoi ? Je reste brisée jusqu'à la fin de mes jours ? C'est pas juste. Il doit y avoir quelqu'un ici. Quelqu'un d'autre qui me ferait sentir de la même manière. Comme si ses baisers étaient magiques. Voilà ce que je cherche. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azias Lincoln

avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 91
AVATAR : julian morris
PSEUDO : melaluly (mélanie)
CREDITS : (av) charney (signa) solosand (lyrics) maps by maroon 5
AGE : vingt-huit ans.
ACTIVITÉ : au chômage
BUCKET LIST : azead + aza + azéis + athias

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: néant intergalactique
RELATIONS:
MULTINICKS : jeene, l'ensorcelleuse

MessageSujet: Re: aza + les piliers du bar.   Dim 30 Nov - 1:33

one bourbon, one scotch, one beer ∞ « Qui sait ? Peut-être que tirer un coup te changerait un peu les idées. Le corps a des besoins naturels un peu comme animal. Les assouvir c'est le garder en bonne santé. » Ces paroles étaient dites sur un ton tellement convaincu qu’on pourrait croire qu’elles étaient celles d’un prophète. Ah tu es tout à fait en mesure de boire ses paroles comme tu bois ton rhum. Peut-être que tu devais tirer un coup ouais en fait. Mais avec qui ? Primrose. Pas une bonne idée du tout, du tout. Pas que ça ne soit pas bien, non de ce côté-là, il n’y avait pas de problème. Mais le faire avec cette personne parce qu’elle te rappeler ta femme c’était quand même super morbide. On ne pouvait pas dire que tu avais des difficultés à plaire, juste des difficultés à passer à autre chose que ta femme mais aussi à accepter que tu avais le droit de ressentir des sentiments amoureux pour une autre femme. Mais tu restais bloqué sur le fait que tu trompais ta femme si tu entamais une relation avec une autre. C’était idiot mais tu étais toujours amoureux, ça pouvait se comprendre, au fond. « Je vais devoir être proche du coma éthilyque pour ça. Il n'est vraiment pas ce que je recherche. » Ah ? Bah au pire, ça la regardait. Pourtant Tom était un type sympa, toujours d’accord pour t’offrir à boire – enfin offrir, vous comprenez, quand tu demandes, il sert – et puis il n’était pas dégueulasse à regarder. Mais bon après, elle avait le droit de pas vouloir de lui. Tu n’allais sûrement pas te permettre de lui dire qui elle devait choisir. Elle était bien assez grande pour se débrouiller toute seule. « A choisir, je préfère finir la soirée à boire avec toi jusqu'à m'écrouler. » Bon, bah, tu prenais, apparemment ? Tu étais une meilleure compagnie, c’est cela ? Bah c’était un compliment en fait, t’étais content toi.

Elle se retourne alors brusquement vers toi. Tellement vite que tu demandes comment elle a fait ? Genre elle a des pouvoirs magiques pour tourner subitement comme ça ? T’es vraiment sous le choc. Tu cherches encore la réponse quand elle commence à te parler : « Tu sais, c'est pas juste pour le sexe. » De quoi est-ce qu’elle parlait ? Des fois, elle te perdait franchement. « Avec Ansel, on a fait l'amour juste une fois. Et c'était magique. Comme si mon corps devenait soudain trop petit pour me contenir, comme si j'allais exploser. C'était comme voir les étoiles. » C’était beau ce qu’elle disait. Voir les étoiles, c’était vraiment une belle image qu’elle lui disait là. Les étoiles, toi aussi t’avais connu. Tous les deux vous aviez connu l’amour, le vrai. Vous saviez ce que c’était d’aimer à en crever sauf que dans l’histoire, vous, vous étiez encore-là. C’était l’autre qui était parti. Et c’était bien pire. Vivre alors qu’on était seul, vivre avec cette douleur, essayez-donc un peu ! La preuve, Cora et toi vous n’arriviez pas. Vous étiez submergés par la peine, condamnés à la côtoyer jusqu’à la fin. « Mais c'était qu'une fois. J'ai eu le droit qu'à six mois avec lui. Et maintenant il est parti et moi quoi ? Je reste brisée jusqu'à la fin de mes jours ? C'est pas juste. Il doit y avoir quelqu'un ici. Quelqu'un d'autre qui me ferait sentir de la même manière. Comme si ses baisers étaient magiques. Voilà ce que je cherche. » Six mois, un an, ou quinze comme ce que tu avais eu avec Cysalie. Ça n’avait pas d’importance ! Toi tu avais eu quinze ans, c’est sûr que c’était énorme comparé à six mois et pourtant ce n’était pas assez, ça ne serait jamais assez. Tu voulais toute une vie, que disais-tu, toute une existence avec Cysalie ! Pourquoi t’avais pas eu le droit ? Qu’est-ce que t’avais donc fait pour qu’on t’en prive ? Et Cysalie, c’était un ange, elle avait rien fait pour mériter ça. « J’arrive pas à penser comme toi. J’arrive pas à imaginer ma vie vie sans Cysalie. Non, c’était Cysalie et moi depuis le début et ça devait être comme ça jusqu’à la fin. » Tu fis ton verre, cul sec encore une fois avant d’en réclamer un autre. Il n’y en avait jamais assez et décidément ils ne venaient pas assez vite, peut-être. « Peut-être que j’ai eu quinze ans moi. Mais je suis sûre que le temps ça n’a rien à voir. L’amour c’est l’amour point barre. » Tu fais une petite pause, pensif avant de rajouter : « Pourtant je suis sûr que Cysalie elle voudrait pas que je reste comme ça. Elle voudrait que je retrouve le bonheur parce que c’est ce que je voudrais pour elle moi mais mon bonheur c’était elle. Comment tu veux que j’abandonne ça ? C’était ce qui faisait ce que j’étais. Maintenant je suis quoi ? Rien, voilà ce que je suis. » Oui t’étais dépressif depuis la mort de ta femme. Pouvait-on te blâmer pour cela ? Non mais il fallait bien avancer, encore fallait-il avoir le courage de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cora Forbes

avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 207
AVATAR : Troian flawless Bellisario
PSEUDO : spf, emma.
CREDITS : foxes (ava) ; little wolf (sign).
AGE : 26 y.o.
ACTIVITÉ : doing research for people. ex-intern in surgery.
BUCKET LIST : buy some tequila ~ and also new sheets ~build a house in chocolate and live inside ~ put back the pieces of her brokenheart ~ call her big bro.

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: heart broken
RELATIONS:
MULTINICKS : bash.

MessageSujet: Re: aza + les piliers du bar.   Lun 1 Déc - 22:15

one bourbon, one scotch, one beer ∞ Après sa confession, Cora avale son shoot d'une traite. C'est déjà son troisième de la soirée. Ou peut-être son quatrième. Pour tout dire, elle n'en a aucune idée. Elle essaie de s'en rappeler mais impossible. Ce n'est pas qu'elle soit saoule, c'est qu'elle ne fait pas attention. Elle n'a pas d'intérêt à compter, pas d'intéret à s'en inquiéter. Ce qu'elle veut, c'est oublier. Incapable de trouver un homme qui puisse la faire voler comme Ansel le faisait, pas grave, elle prend l'alcool. Ca la fait flotter un peu, le temps d'une soirée. Le fait qu'elle n'ait pas l'estomac sensible et qu'elle ne passe pas ses matinées à vomir ses tripes dans les toilettes joue aussi. Un jour, elle espère que la téquila ne sera plus sa meilleure amie et qu'elle trouvera une personne avec qui passer ses soirées, une personne qui la tiendra dans ses bras comme si elle était la chose la plus précieuse au monde. Azias, lui, reste fixée sur sa femme, Cysalie, et Cora l'envie d'un certain côté. Lui, il n'est pas dans le déni, il est dans le chagrin et il ne le gère pas très bien mais au moins, il a les yeux grands ouverts. Il pense à sa femme, il l'honore d'une certaine façon dans la mort. Cora, elle, essaie déjà d'avancer. Ca va faire trois mois et elle est déjà prête à recommencer sa vie. Ca semble tellement égoïste. Néanmoins, peut-être que Cora est à un pied dans la colère. Au fond, elle lui en veut à Ansel d'être mort. Elle lui en veut d'avoir été lui, de l'avoir fait tomber amoureuse de lui quand elle voulait juste vivre sa vie. Elle voudrait le pleurer mais elle pleurerait aussi tout ce qu'elle a perdu. Son métier, son avenir. Tout ça c'est trop à gérer. Alors Cora essaie d'avancer, d'oublier, c'est mieux comme ça. Ca fait moins mal. Elle est prête à lui dire ça, à Azias, lui parler de sa colère, quelque chose qu'elle fait rarement parce qu'elle est honteuse de la ressentir. Ansel avait un cancer, s'il est mort ce n'est pas de sa faute. S'il y a un responsable dans l'histoire c'est elle : pour avoir cédé à ses sentiments et pour n'avoir pas su le sauver. Azias la devance cependant. Elle fronce les sourcils en l'écoutant. Quinze ans, elle n'arrive pas à imaginer. Elle ne sait pas ce qui est le plus douloureux. Perdre quelqu'un trop rapidement ou après s'être habitué à l'avoir à ses côtés. Cora écoute sagement, Azias, persuadé qu'il a raison. Forcément, sa femme voudrait qu'il avance. Personne ne veut voir les êtres qu'on a aimé souffrir. C'est quelque chose qu'on enseigne à l'école de médecine. Le soutien aux proches quand un être décède. Les gens morts, ils sont partis. Ce sont ceux qui restent qui souffrent. « J'aimerais te dire que tu es toujours quelqu'un tu sais. Mais c'est pas vrai. Je sais ce que ça fait. T'as l'impression de plus exister. Je la connaissais pas mais elle voudrait que tu sois heureux. Ou au moins bien. Si tu te sens mieux à rester comme ça, comme t'es maintenant, tu t'en fous de ce que les autres disent. Si t'as déjà la force de lever le matin, c'est toujours mieux que rien. » Cora est maladroite dans ses paroles. Elle ne se force pas à réconforter Azias, elle tient sincèrement à lui d'une façon qu'elle ne peut pas expliquer et elle aimerait qu'il aille mieux parce qu'il le mérite. Néanmoins, réconforter les gens, ça n'a jamais été son point fort non plus. Surtout dans des moments où elle veut boire. Elle rappelle Tom et commande un grand verre de téquila cette fois. Quand il lui apporte, la première gorgée lui brûle la gorge. Il a mis plus que la dose standard - c'est gentil de sa part mais c'est toujours non, elle ne le ramène pas chez elle ce soir. « T'as sans doute raison, l'amour c'est l'amour mais le temps compte. En quinze ans, vous aviez fait des projets, t'avais tout imaginé avec elle. Tu peux pas fermer les yeux là-dessus. Mais en six mois... Il était malade mais le cancérologue parlait d'une rémission. C'était possible. J'y ai cru. Trop peut-être. J'étais médecin, merde. Je savais que ce que je faisais c'était de la folie... » Ca avait été six mois irréels au fond. La réalité était devenue trop parfaite, c'était obligée de s'écrouler. « C'était trop court mais ça m'a brisée. Et parfois, j'ai l'impression que c'est pas réel. On n'avait pas de projets, il y avait des chances qu'il meurt et j'ai fermé les yeux. Je me suis fait ça à moi-même. » Cora prend une nouvelle gorgée. « Est-ce que ça fait de moi une personne horrible si je te dis que j'aurais voulu jamais le rencontrer ? A la fin, il avait que moi. J'ai été ces derniers moments de bonheur. Mais à choisir, j'aurais préféré qu'il meurt malheureux et que je passe mon chemin. A choisir, si je pouvais revenir en arrière, ce serait moi que je sauverais. Six mois ou même quinze ans, c'est peut-être magique mais est-ce que ça en vaut la peine s'il y a rien après ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azias Lincoln

avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 91
AVATAR : julian morris
PSEUDO : melaluly (mélanie)
CREDITS : (av) charney (signa) solosand (lyrics) maps by maroon 5
AGE : vingt-huit ans.
ACTIVITÉ : au chômage
BUCKET LIST : azead + aza + azéis + athias

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: néant intergalactique
RELATIONS:
MULTINICKS : jeene, l'ensorcelleuse

MessageSujet: Re: aza + les piliers du bar.   Mar 9 Déc - 20:11

one bourbon, one scotch, one beer ∞ « J'aimerais te dire que tu es toujours quelqu'un tu sais. Mais c'est pas vrai. Je sais ce que ça fait. T'as l'impression de plus exister. Je la connaissais pas mais elle voudrait que tu sois heureux. Ou au moins bien. Si tu te sens mieux à rester comme ça, comme t'es maintenant, tu t'en fous de ce que les autres disent. Si t'as déjà la force de lever le matin, c'est toujours mieux que rien. » Voilà pourquoi tu aimais discuter avec Cora, partager sa compagnie parce qu’elle te comprenait. Elle te disait pas qu’il fallait que t’arrête de boire, qu’il fallait que tu passes à autre chose, etc. Toutes les conneries habituelles. Non elle comprenait ta peine parce qu’elle vivait la même. Ça te faisait du bien d’entendre ça. Qu’au fond et ben la technique que t’avais trouvée pour rester en vie, elle était pas si mauvaise. Que le fait que tu sois encore-là et ben c’était déjà une bonne chose. C’était pas grand-chose et pourtant ça te faisait sacrément du bien ! Ca changeait de tous ceux qui te jugeaient pour ton comportement de débauche. Et alors ? Tu faisais quelque chose, au moins. « T'as sans doute raison, l'amour c'est l'amour mais le temps compte. En quinze ans, vous aviez fait des projets, t'avais tout imaginé avec elle. Tu peux pas fermer les yeux là-dessus. Mais en six mois... Il était malade mais le cancérologue parlait d'une rémission. C'était possible. J'y ai cru. Trop peut-être. J'étais médecin, merde. Je savais que ce que je faisais c'était de la folie... » Pouvais-tu la contredire ? Non, il est vrai que c’était de la folie mais n’était-ce pas le sens propre de l’amour, la folie ? Quand t’aimais, tu faisais n’importe quoi. Ça te faisait tourner complètement la tête. C’est un truc de dingue, c’était… fou. Vous deux, vous n’aviez pas pu résister. Peut-être que vous étiez trop faibles mais c’était le tourbillon de l’amour. Il vous avait pris, vous laissant maintenant au fin fond du désespoir. « C'était trop court mais ça m'a brisée. Et parfois, j'ai l'impression que c'est pas réel. On n'avait pas de projets, il y avait des chances qu'il meurt et j'ai fermé les yeux. Je me suis fait ça à moi-même. » Tu l’observais boire, sans trop savoir quoi dire. « Est-ce que ça fait de moi une personne horrible si je te dis que j'aurais voulu jamais le rencontrer ? A la fin, il avait que moi. J'ai été ces derniers moments de bonheur. Mais à choisir, j'aurais préféré qu'il meurt malheureux et que je passe mon chemin. A choisir, si je pouvais revenir en arrière, ce serait moi que je sauverais. Six mois ou même quinze ans, c'est peut-être magique mais est-ce que ça en vaut la peine s'il y a rien après ? » Ses paroles te laissèrent pensif. Avait-elle tort ou raison ? Était-ce au fond ce qui importait ? Non. Ce qui était flagrant c’était ta peine. Peine, que tu connaissais que trop bien.

Tu finissais ton verre avant d’en commander un autre. Les effets de l’alcool commençaient doucement à se propager en toi-même si pour l’instant tu avais les idées particulièrement claires. Ta consommation s’étant accrue ces derniers temps, ta résistance en avait fait de même. « Non ça fait pas de toi, une personne horrible. Moi aussi j’ai eu cette pensée. Je crois qu’on passe tous par-là. » Ton amour pour Cysalie avait beau être infini, toi aussi tu avais fini par te dire que tu aurais préféré ne pas la rencontrer avant de te rétracter, te disant que tu préférais avoir eu ces quinze ans que rien du tout. Parce que ça avait été magique et au final ça surplombait tout le reste. « Mais c’est la peine qui parle. Au fond tu sais bien que même si ce n’était ‘que’ six mois, ça a été six mois formidables, avec des moments de joies et d’autres plus difficiles. Mais l’amour c’est comme ça, c’est intense, ça a des hauts, des bas. Et ça nous fout dans la merde maintenant mais… mais putain que je l’aimais, que je l’aime Cysalie. C’était trop enivrant, personne peut résister. Et c’est pareil pour toi Cora. Ça fait trop mal parce que c’était intense. Mais ne faut-il pas mieux que cela que de n’avoir jamais connu un tel amour ? » Tu la regardais droit dans les yeux. Qu’est-ce qui était mieux ? Peut-être aucun des deux, un juste milieu entre ces deux extrêmes, et encore. Ça ne te semblait pas être une excellente idée aussi. Rien n’était parfait. Quelle vie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cora Forbes

avatar

INSCRIPTION LE : 21/11/2014
MESSAGES : 207
AVATAR : Troian flawless Bellisario
PSEUDO : spf, emma.
CREDITS : foxes (ava) ; little wolf (sign).
AGE : 26 y.o.
ACTIVITÉ : doing research for people. ex-intern in surgery.
BUCKET LIST : buy some tequila ~ and also new sheets ~build a house in chocolate and live inside ~ put back the pieces of her brokenheart ~ call her big bro.

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: heart broken
RELATIONS:
MULTINICKS : bash.

MessageSujet: Re: aza + les piliers du bar.   Dim 14 Déc - 19:23

one bourbon, one scotch, one beer ∞ La conversation avez Azias devient de plus en plus sombre au fur et à mesure que les minutes passent. Ca mettrait n'importe qui mal à l'aise, n'importe qui sain d'esprit voudrait changer de sujet, quitte à se lancer dans une discussion aussi triviale que la météo de demain. Mais, Cora, elle, ça la soulage de pouvoir en parler. De pouvoir en parler sans être jugée. Elle, ça ne la met pas mal à l'aise. La mort, c'est quelque chose qu'elle a toujours cotoyé mais ça ne l'avait jamais touché. Pour son esprit de scientifique, pouvoir mettre les choses à plat, c'est important. Et on s'en fout si la mort, la colère, ce n'est pas un sujet de discussion inaproprié. Sa mère serait déjà partie en courant, horrifiée. Pas Azias. C'est pour ça qu'elle donnerait cher pour continuer d'avoir ce genre de soirées avec lui. Ce genre de soirée où elle peut être elle-même sans qu'on ne la juge, la pointe du doigt. Ici, elle n'a pas avoir honte de souhaiter le malheur de quelqu'un qu'elle a un jour aimé. Qu'elle aime toujours à vrai dire. Entre deux téquilas, elle peut bien montrer son pire côté, personne ne s'en rappellera le lendemain. D'ailleurs, pense-t-elle avant d'attraper son verre et de le vider cul-sec. Parler lui a donné soif et aussitôt, elle demande à ce qu'on la resserve. Elle est incapable de dire si son deuxième, son quatrième ou son septième. Elle s'en fiche. Elle sent une douce chaleur se répandre elle et ça fait du bien pour une fois de ne pas avoir froid. Elle pose son coude sur le comptoir, appuie sa tête contre sa paume ouverte, le visage tourné vers Azias alors qu'il lui répond. Elle sourit doucement, un des rares sourires sincères qu'elle a eu depuis plusieurs semaines quand il lui dit ne pas la voir comme une personne sans coeur, un monstre. Ce sourire, ça équivaut à tous les mercis de que Cora pourrait prononcer. Elle ne veut pas être un monstre au souvenir d'Ansel même si elle pensait chaque mot qu'elle a dit. Et puis Azias lui parle de Carlyse et elle écoute attentivement, hochant la tête quand il le faut. C'est vrai, l'amour c'est des hauts et des bas. Elle ne regrette pas les moments de bonheur. Mais elle en revient au même point, est-ce que ça va valoir le reste ? Comme le dit Azias, ils sont dans la merde. Et s'ils le restent pour toujours ? Toujours, c'est long. Elle fronce les sourcils à la question d'Azias, prenant le temps de réfléchir. « Peut-être. Ca dépend des personnes, » rajoute-elle après quelques secondes de silence. « Toi, tu vois. Ta femme, comment tu l'as aimé toute ta vie, c'est ce qui comptait le plus pour toi. Je comprends que tu veuilles échanger ça pour rien au monde. » Cora prend une gorgée de verre nouvellement rempli avant de confier à Azias quelque chose qu'elle ne lui a jamais dit. « Tu vois, mon père c'est celui qui m'a poussée vers la médecine. Pour lui t'es soit un chirurgien, soit un moins que rien. » Mais à cet instant, elle s'en fout de son père. Elle ne lui parle plus depuis qu'elle a été virée et s'en porte tout aussi bien. « Mais j'ai découvert que tu te réveilles pas un jour en voulant être chirurgien. C'est déjà au fond de toi, dans tes tripes. Tu peux te réveiller en te disant j'aimerais sauver des vies mais pas en voulant découper des personnes, toucher des organes. » A moins d'être un psychopathe, pense-t-elle avant de revenir au sujet. L'alcool commence à faire effet si elle commence à se distraire pour un rien, note Cora. « La chirurgie, c'est plus qu'une passion. C'est un monde de fou mais c'est notre pour nous les chirurgiens. Quand t'es au bloc, tu t'en fiches de tes petits soucis, de manger, de dormir. Tu passes trois jours éveillés et tu te sens jamais aussi bien. Et quand tu sauves une vie, ce sentiment... Y a pas d'équivalent. C'est pas un métier. Ca te prend tout ce que t'es. » Cora laisse sa voix trainée, perdue dans ses souvenirs alors qu'elle se rappelle de la compétition féroce entre les internes. Il n'y a rien de plus qu'un chirurgien ne veuille que tenir un bistouri. « La chirurgie c'était tout pour moi. Le reste, c'était secondaire. J'étais pas une personne sympa à l'hôpital. Je dis pas que je le suis maintenant. Et pendant juste un bref moment, j'ai laissé Ansel prendre plus d'importance que ça. Et j'ai tout perdu. » Et maintenant, elle n'a que ses yeux pour pleurer. Et c'est tellement facile de se dire qu'Ansel allait mourir. Qu'elle n'a eu que six mois. Qu'elle aurait pu renoncer à ces six petits mois de bonheur pour une vie entière de chirurgie. « Tout ce que je dis, c'est que c'est différent. J'aurais pu passer ma vie à être chirurgienne et ne jamais connaître l'amour. J'aurais été parfaitement heureuse. Et tu vois, maintenant. C'est tout ce à quoi je peux penser. Comment t'avance après ça ? Comment tu fais pour ne pas détester la personne que t'as aimé mais qui t'a tout volé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: aza + les piliers du bar.   

Revenir en haut Aller en bas
 
aza + les piliers du bar.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» aza + les piliers du bar.
» Les sept piliers de la sagesse alcoolique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊹ TIES THAT BIND :: RAVENEL, SC, USA :: QUINBY FALLS :: The Wicked Lady-
Sauter vers: