AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 love is pleasure love is pure, the only treasure ☆ hb.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ruth Lefroy
WORDS UNSPONKEN.
avatar

INSCRIPTION LE : 16/11/2014
MESSAGES : 323
AVATAR : demoiselle jones.
PSEUDO : borealis. (clémence)
CREDITS : argents ≈ anaëlle.
AGE : twenty eight years old darling.
ACTIVITÉ : journalist. (to become a writer)
BUCKET LIST : HOWARDCHARLOTTE ≈ rp.

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: engaged.
RELATIONS:
MULTINICKS : francis et sinead.

MessageSujet: love is pleasure love is pure, the only treasure ☆ hb.   Mar 25 Nov - 19:02

hush hush ✩ il était tôt. l'esprit brumeux, l'âme perdue dans des contrées lointaines, ton corps se réveillait difficilement de cette soirée d'hier. vous aviez officiellement rencontré tes parents. howard avait serré la main de ton père fermement, fait la bise à ta maman avec ce sourire et cette assurance qui lui sciait tant. il avait vu isaac aussi, même si ce dernier s'était éclipsé le reste du temps pour partir vagabonder au milieu des champs. surement avait-il mieux à faire que d'apprendre à connaitre son futur beau-frère. après tout, il aurait la vie pour le faire. et c'est ainsi que, comateuse de la veille au vin et de cette nuit sportive, tu te réveillais difficilement, ton fiancé à tes cotés, dormant encore. tu tentais d'ouvrir tes paupières qui semblaient encore collées. difficile d'y voir clair. tu te forçais, et soupirais en voyant la lumière filtrer au milieu de tes volets. il devait déjà être une heure avancée de la matinée. tu soupirais encore. mais cela ne semblait pas réveiller l'être à tes cotés. tu souriais. il était beau, quand il dormait. presque plus qu'à l'accoutumé. quand il se reposait, il avait chaque muscle de son visage totalement relâché, rendant son expression faciale enfantine, presque mutine. il ressemblait à ces petits garçons qui grandissent trop vite, ces âmes d'hommes qu'on enfermait dans des corps d'enfants. tu souriais et te tournais vers lui, soulevant les draps, passant une jambe autour de ses hanches. il était sur le dos, la tête légèrement penchée de ton coté. il semblait paisible, il semblait fatiguée. pas de chance pour lui, tu n'étais pas d'humeur à le laisser récupérer. évidemment, comme à chaque fois que vous dormiez ensemble, tu dormais dans le plus simple apparat: un de ces t-shirt et un sous-vêtement quelconque. il aimait à te voir te pavaner dans ce qui lui appartenait et seulement ce qui lui appartenait. cela devait surement lui donner l'impression que tu lui appartenais aussi. grave erreur de jugement. impétueuse, tu n'étais la propriété de personne. et surtout pas celle d'un homme. aussi attractif et aussi puissant soit-il. un homme comme howard avait besoin de sureté et avec toi, avec l'assurance d'une place sociale, il l'avait. votre relation était en réalité une entente aussi bien politico-sociale, physique que spirituel. vous aviez eu de la chance. et c'est à ce moment là que tu décidais d'un geste assez délicat et mesuré, de te mettre à califourchon sur lui. cela eut pour effet instinctif de le réveiller. doucement mais surement. comme s'il avait toujours été réveillé ainsi. bonjour. il bougonnait, tentant de dire quelque chose. il est vrai qu'avant son café matinal, il était une épave. tout comme toi. vous étiez couche-tard. mais ce matin là, tu avais envie de le surprendre, encore plus que d'habitude. tu te penchais vers lui, le laissant se réveiller doucement. tu l'embrassais dans le cou, doucement, subtilement, posant à peine, caressant du bout des lèvres sa peau tacheté de grains de soleil. tu les embrassais, une à une, tu les mordillais légèrement, et tu glissais le long de son corps. il dormait en chemise, que tu déboutonnais au fil de ta progression descendante. il semblait s'être réveillé, ayant quelques rictus amusés, fascinés surement par ta vivacité. tu souriais intérieurement. tu avais défait chaque bouton de son vêtement, t'attardant sur chaque passerelle de peau que tu embrassais. et puis, il t'attendait au tournant. tu le savais, tu le sentais. tu étais presque touchée. et c'est au moment fatidique que ton téléphone se mit à grincer. un vibreur assez distinctif. trois coups secs. tu l'avais paramétré exprès. duke t'écrivait. tu lui avais envoyé quelques messages, la veille, mais tu n'avais obtenu aucune réponse. et là, voilà qu'il t'écrivait. tu étais contente, tellement que tu en oubliais l'ouvrage auquel tu allais te consacrer et tu remontais vers ton ancienne place dans le lit pour tendre le bras et attraper ton téléphone. l'homme qui attendait semblait perturbé, grognant de te voir t'arrêter en si bon chemin. oui, j'arrive.. ta voix tirait sur la dernière syllabe, comme s'il t'agaçait. car oui, sur le coup, il te fatiguait: ses besoins devaient-ils passer avant les tiens? il pouvait bien patienter une dizaine de secondes, ce n'est pas comme si tu étais loin. et tu souriais, en voyant la réponse de ton meilleur ami, qui plaisantait de la situation comme si cela ne l'avait pas dérangeait le moins du monde. au final, tout le monde était heureux. sauf peut être l'être à tes cotés qui commençait à s'impatienter. tu le savais, tu le sentais.


_________________
don't wanna lose you baby.
i still love you darling, with every inch of my heart. even when i don't want to, i still love you. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Howard Bass

avatar

INSCRIPTION LE : 22/11/2014
MESSAGES : 173
AVATAR : eddie redmayne
PSEUDO : empty soul ~
CREDITS : alaska
AGE : trente
ACTIVITÉ : redacteur en chef de la section littéraire du NYT
BUCKET LIST : montrer sa suprématie à duke ~ tenter de controler et d'aider sa soeur ~ protéger ruth surtout de duke ~ et reprouver encore sa suprématie à duke

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: avec la plus belle.
RELATIONS:
MULTINICKS : h

MessageSujet: Re: love is pleasure love is pure, the only treasure ☆ hb.   Mar 25 Nov - 21:32

hush hush ✩  j'ai fait une connerie. XD


Dernière édition par Howard Bass le Jeu 27 Nov - 19:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruth Lefroy
WORDS UNSPONKEN.
avatar

INSCRIPTION LE : 16/11/2014
MESSAGES : 323
AVATAR : demoiselle jones.
PSEUDO : borealis. (clémence)
CREDITS : argents ≈ anaëlle.
AGE : twenty eight years old darling.
ACTIVITÉ : journalist. (to become a writer)
BUCKET LIST : HOWARDCHARLOTTE ≈ rp.

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: engaged.
RELATIONS:
MULTINICKS : francis et sinead.

MessageSujet: Re: love is pleasure love is pure, the only treasure ☆ hb.   Mer 26 Nov - 18:46

hush hush ✩ tu souriais, à la vue des mots de duke. il te faisait rire, quoi qu'il arrive. toujours là pour fendre tes lèvres d'un sourire éclatant, laissant entrevoir tes dents trop grandes. quand c'était lui, tu t'en fichais. tu savais qu'il t'acceptait, défaut physique compris. tu n'étais pas un canon de beauté, tu étais tout ce qu'il y a de plus classique, mais il ne te le faisait jamais remarqué. à en croire ses regards, tu étais éclatante, éblouisante. tu étais une créature exceptionnelle, capable de le tenir de sa léthargie constitutionnelle. c'est pourquoi son texto t'était si important. car il ne répondait pas souvent, et car il t'était tout aussi vitale que tu l'étais pour lui. tu étais sur le point de répondre quand tu te fis légèrement et amoureusement violenté. cela te faisait rire, cela te faisait sourire aussi. tu te laissais faire, laissant ton fiancé te monter dessus, t'écraser de tout son poids. il avait cette allure que tu adorais: ce regard encore ensommeilé, ce sourire en biais, ces cheveux éparpillés. il était incroyable, même sans le vouloir. il semblait taquin. tu appréciais, même si tu savais que c'était grâce à ton traitement de faveur -ou ton début de traitement de faveur- d'il y a quelques minutes. le reste du temps, il n'aurait pas supporté être éveillé ainsi. alors madame, me réveille, et à par "me" j’entends bien sûr toutes les parties de mon corps et croit qu’elle peut s’en aller comme ça. tu souriais. il approchait son corps du tien, son visage virant sur ta droite, ses lèvres caressant ta peau. il te faisait frémir. mademoiselle, rappelles-toi que nous ne sommes pas encore mariés. tu rigolais, jusqu'à soupirer, te laissant envahir par cette vague de désir qu'il suscitait à ton esprit. il lâchait ton oreille et ta peau pour te susurrer quelques mots. et puis qui peux bien être plus important que ton futur mari hein? tu te mordillais la lèvre inférieure. tu savais qu'il chercherait à savoir: il veut tout savoir, tout maitriser. c'était surement l'un de ses plus grands défauts. il attrapait ton téléphone à la dérobée. howard.. tu savais comment il allait réagir. tu le connaissais assez et tu te souvenais du froid glacial qui s'était installé le jour d'avant et ton meilleur ami et ton amant. il se redressait, restant sur toi. tu soupirais et posais tes mains sur son torse, tout en soupirant. tu voyais son visage se déconfire de secondes en secondes tant il lisait le message. il ne disait rien de spécial, duke répondait simplement à une boutade que tu lui avait faite la veille. mais cela semblait énervé ton aimé. il posait vivement l'engin sur le lit et te regardait. duke? t’es sérieuse là? tu haussais un sourcil. tu avais du mal à saisir. oui, et alors? il est mon meilleur ami, howard, j'ai le droit de lui écrire non? tu lui disais ça en souriant à moitié, ne voyant pas le mal. et puis, tu lisais dans son regard ce que tu n'osais croire. tu soupirais. non, non, non et non. t'as pas le droit d'être jaloux de duke. il retombait sur le lit pendant que toi tu te levais. tu te tenais là, debout, au bord du lit, avant de te retourner vers lui. n'oses même pas m'expliquer que tu peux ressentir une quelconque jalousie face à un homme que je connais depuis mes dix ans. tu n'as pas le droit. autant il aurait été mon ex, il y aurait eu un quelconque semblant de sentiments entre nous, j'aurais compris. mais pas lui. tu n'as pas le droit howard, vraiment pas. tu soupirais, malgré le ton doux et calme que tu avais utilisé pour sortir ta tirade. tu ne voulais pas t'énerver, pas de bon matin, pas ici, pas avec tes parents dans une des chambres voisines, pas à quelques jours de ton mariage avec lui. tu ne pouvais pas imaginer avoir une quelconque altercation avec lui ici. c'était interdit. tu remontais sur le lit, venait te blottir contre lui. tu savais qu'il était énervé. tu devais te rattraper. ça te dirait de te faire servir le petit-déjeuner au lit, puis après qu'on passe la journée ici, toi, moi, les vêtements jonchant le sol? je suis sure qu'on va pouvoir faire quelque chose de très sympathique. il avait tourné la tête vers toi, impassible mais tout de même alléché par l'idée. tu le connaissais assez pour connaitre ses points faibles. tu collais tes lèvres contre les siennes. mes parents n'attendent qu'une chose, c'est d'avoir des petits-enfants à chouchouter. on pourrait au moins essayer d'en concevoir un ou deux dans la journée, tu ne crois pas? tu essayais d'ironiser, de calmer les tensions, mais tu savais qu'il n'en avait pas fini. il n'avait pas terminé son histoire avec duke.


_________________
don't wanna lose you baby.
i still love you darling, with every inch of my heart. even when i don't want to, i still love you. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Howard Bass

avatar

INSCRIPTION LE : 22/11/2014
MESSAGES : 173
AVATAR : eddie redmayne
PSEUDO : empty soul ~
CREDITS : alaska
AGE : trente
ACTIVITÉ : redacteur en chef de la section littéraire du NYT
BUCKET LIST : montrer sa suprématie à duke ~ tenter de controler et d'aider sa soeur ~ protéger ruth surtout de duke ~ et reprouver encore sa suprématie à duke

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: avec la plus belle.
RELATIONS:
MULTINICKS : h

MessageSujet: Re: love is pleasure love is pure, the only treasure ☆ hb.   Jeu 27 Nov - 19:21

hush hush ✩  Mademoiselle, rappelles-toi que nous ne sommes pas encore mariés. Effectivement. Malheureusement. Vous vous mariés assez vite (trop apparemment aux yeux de Duke), mais cela n’aurait été que pour toi, cela serait déjà fait depuis longtemps. Tu rêvais d’être membre de la famille Lefroy mais surtout, tu rêvais que Ruth porte ton nom. Lefroy-bass. Cela sonnait bien. Cela sonnait parfait. Oui cela n’aurait tenu qu’à toi, vous seriez déjà en lune de miel. Mais je crois que la mère de Ruth aurait fait un arrêt cardiaque, déjà qu’elle avait passé son temps à organiser le dit mariage. Tu souriais bêtement. Et tu savourais aussi l’emprise que tu avais sur elle, penchait au-dessus de son corps de déesse. Tu aimais ça. Avoir le contrôle, l’emprise. C’était ça que tu aimais dans le sexe. Mais avec Ruth c’était plus et c’était ça qui en faisait ta femme. Howard...  cela ne présageait rien de bon.  Et ne risquez pas de calmer ta curiosité. Tu aimais contrôler, c’était maladif. Et tu découvris le message. Oui, et alors? Il est mon meilleur ami, Howard, j'ai le droit de lui écrire non? Son meilleur ami ? Tu n’aimais pas ce mot-là. Son meilleur ami… tu savais ce que c’était que l’attraction sexuelle, tu en étais le maitre. Et entre eux, c’était plus qu’une simple amitié. Tu l’avais vu dans son regard à lui. C’était autre chose que de la pure amitié. Et puis surtout, tu l’avais vu dans sa façon de te regarder toi. Tu avais confiance en Ruth. Mais lui, lui était hors de ton contrôle et ça tu n’aimais pas. Alors oui, tu pétais les plombs. Non, non, non et non. Ne t’as pas le droit d'être jaloux de Duke. Tu lui lanças ton regard non-mais-tu-te-fou-de-moi. T’avais le droit d’être jaloux. T’aura bien voulu la voir, si tu avais reçu le message d’une fille comme ça. Elle se leva, prenant de la hauteur, debout en face de toi. Tu lanças un petit « ah bon ? » avec ton regard de défi. Elle allait voir si tu ne pouvais pas être jaloux. Tu savais que tu devenais toi-même incontrôlable mais pourtant tu ne pouvais pas t’en empêcher. Tu avais envie de prendre ses hanches, et de l’agenouiller sur toi. Mais Duke ne quittait pas ton esprit. Et rien de mieux que l’image d’un mec dans la tête pour calmer tes ardeurs. Tu l’aimais tellement, au fond, tu avais juste peur de la perdre. Et ce gugusse avait le don de t’énerver. N’oses même pas m'expliquer que tu peux ressentir une quelconque jalousie face à un homme que je connais depuis mes dix ans. Tu n'as pas le droit. Autant il aurait été mon ex, il y aurait eu un quelconque semblant desentiments entre nous, j'aurais compris. Mais pas lui. Tu n'as pas le droit Howard, vraiment pas. Elle soupira. Elle semblait calme, sereine. Tu n’avais pas envie de t’énerver avec elle, surtout après ce que vous étiez en train de faire avant que monsieur gros muscle décide de tuer l’ambiance avec son sms de mauvais goût. Tu ne pouvais pas t’empêcher d’argumenter même si bien sûr tu savais que tu allais le regretter « justement. Il n’a jamais assouvir ses envies tordues ». Etonnement tu sorties ta tirade sur un petit ton de l’humour. L’ambiance était tendue, et pourtant toujours tendu. Surtout qu’aujourd’hui, c’était toi qui assouvissait tes envies tordues avec elle. Pour ton plus grand plaisir d’ailleurs. Mais tu étais quand même énervé. En vérité, tu boudais. Ton ego avait été blessé. Ça te dirait de te faire servir le petit-déjeuner au lit, puis après qu'on passe la journée ici, toi, moi, les vêtements jonchant le sol? je suis sure qu'on va pouvoir faire quelque chose de très sympathique bien sur elle te connaissait par cœur. Elle était trop douée, elle savait trop y faire. Elle était ta perte. Tu lui lanças un regard. Tu étais énervé, fâché et blessé mais elle savait te parler. Elle s’approcha et posa un baisée sur tes lèvres. Tu lui rendis, passionnément. Parce que tu n’étais pas doué pour le faire autrement. Elle t’attirait trop, et tu ne pouvais pas t’empêcher de le ressentir au fond de tes trippes. mes parents n'attendent qu'une chose, c'est d'avoir des petits-enfants à chouchouter. on pourrait au moins essayer d'en concevoir un ou deux dans la journée, tu ne crois pas? L’idée te plaisait, bien sûr. Beaucoup trop. Cela allait être ta perte. Tu le savais. Tu souris, malgré toi. Tu la pris par les hanches et l’envoya sur le lit. Et tu te positionnas au-dessus d’elle, tout en contrôle, pour ne pas changer. Tu aimais ça, elle le savait. « J’ai beaucoup de respect pour tes parents. Mais je veux te garder pour moi encore un petit temps avant d’imaginer te partager » t u approchas ta tête, tes lèvres des siennes, les efflorant et t’éloigna deux secondes plus tard. La défiant. « D’ailleurs en parlant de partager » tu n’allais pas laisser tomber aussi facilement. Tu n’avais jamais été jaloux. Tu n’avais jamais eu de raison de l’être. Mais être jalousie c’est montrer son amour non. Oui et toi tu étais plus qu’amoureux, et donc plus que jaloux. Équation facile. Tu t’éloignas alors d’elle, sortant du lit. « Je suis désolé. Mais j’ai l’impression qu’il veut plus qu’une simple amitié avec toi. Je suis sûr qu’il t’a dit que notre mariage était une mauvaise idée. Je me trompe ? » Tu n’aimais pas les imprévus, et encore moins ce genre d’imprévus. Tu sentais qu’il allait crier le fameux « je m’oppose à ce mariage ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruth Lefroy
WORDS UNSPONKEN.
avatar

INSCRIPTION LE : 16/11/2014
MESSAGES : 323
AVATAR : demoiselle jones.
PSEUDO : borealis. (clémence)
CREDITS : argents ≈ anaëlle.
AGE : twenty eight years old darling.
ACTIVITÉ : journalist. (to become a writer)
BUCKET LIST : HOWARDCHARLOTTE ≈ rp.

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: engaged.
RELATIONS:
MULTINICKS : francis et sinead.

MessageSujet: Re: love is pleasure love is pure, the only treasure ☆ hb.   Ven 28 Nov - 11:21

hush hush ✩ il aimait se sentir supérieur à toi. te surplomber de toute sa taille, de tout son poids. écraser chaque partie de toi avec chaque partie de lui. il aimait te posséder. il aimait l'idée que tu lui appartenais. ce qui était, d'une certaine manière, vrai. dans une autre époque, pas si lointaine, une épouse appartenait corps et âme à son mari. et tu savais que cette pensée aurait plus à ton futur époux: que tu lui appartiennes, entièrement, complètement. qu'il puisse gérer chacun de tes faits et gestes. et tu savais aussi que c'était ton impétuosité qui lui plaisait. la façon dont tu réagissais, qui n'obéissait à aucune logique, à aucun dictât d'une pensée normale. tu étais imprévisible, et lui qui avait une vie régler à la seconde près, tu lui apportais cette touche d'exotisme et de folie dont il manquait atrocement. son métier l'obligeait à être froid et rigide comme le métal. toi et ton esprit lyrique, inventif, vous aviez toujours des choses à inventer, de nouvelles idées à exploiter. vous vous complétiez. et même si duke occupait souvent quelques unes de tes pensées, tu avais trouvé cette sûreté avec howard. une facilité de vivre, une sécurité. tu savais qu'il t'aimait. et tu l'aimais aussi, tu en étais sure. jusqu'à ce que sa jalousie maladive refasse surface. évidemment qu'il avait déjà été plutot attentif à tes fréquentations, te faisant part de son avis sur chaque personne qui te parlait ou qui te regardait lorsque vous alliez à l'un de ses congrès. évidemment, ces soirs-là, tu étais parfaite. toujours à repousser les avances un peu trop flagrantes, à faire attention à chacun de tes mots, à te trouver à ses cotés le plus souvent possible. mais aujourd'hui, il venait sur un front qui ne te plaisait pas. il n'avait pas le droit de s'attaquer à tes amis. pas aux personnes que tu as connu avant lui. ah bon ? tu soupirais. non howard. pas lui. car, malgré le pincement au coeur que cela te faisait de l'admettre, duke était ton ami depuis trop longtemps pour envisager quoi que ce soit. tu l'avais aimé, ardemment, mais lui jamais. donc, tu avais fait une croix sur lui et avait trouvé howard qui était totalement différent mais que tu aimais tout autant. il te regardait, avec cette moue déplaisante et ce regard en biais, celui des jours où il était énervé. justement. il n’a jamais pu assouvir ses envies tordues. tu rigolais. n'importe quoi. comment duke pouvait-il avoir la même envie tordu à ton égard? et puis, il se radoucit, quand tu t'approchais à nouveau de lui. tu l'embrassais, il te le regardait bien. il te le rendait avec passion et désir. tu le connaissais assez pour savoir que la matinée allait être longue et qu'il ne serait calmé qu'une fois rassasié. cela ne te gênait pas, tu étais plus ou moins comme lui. il souriait à chacune de tes observations, sur l'évolution de votre matinée, sur les idées que tu avais en tête. tu lui caressais le visage. son doux visage. il était au dessus de toi, comme la plupart du temps durant vos ébats. en amour comme en affaire, il aimait tout controlé. mais, il n'était pas rare que tu inverses la vapeur, dans un élan de fièvre amoureuse. j’ai beaucoup de respect pour tes parents. mais je veux te garder pour moi encore un petit temps avant d’imaginer te partager. tu souriais. il s'approchait de toi, ses lèvres des siennes. tu réussis à lui attraper la lèvre inférieure, à lui mordiller légèrement, avant qu'il ne s'éloigne à nouveau. d’ailleurs en parlant de partager. il s'éloignait et récupérer ton téléphone à la dérobée. il se levait du lit. je suis désolé. mais j’ai l’impression qu’il veut plus qu’une simple amitié avec toi. je suis sûr qu’il t’a dit que notre mariage était une mauvaise idée. je me trompe? tu soufflais. tu le regardais, de tes yeux clairs et perçants. tu n'aimais pas qu'il s'oppose à toi, à tes idées. tu n'aimais pas qu'il remette en question ton discernement face à tes amis. mais il n'avait pas tord: duke ne se réjouissait pas à cette idée-là. tu t'extirpais du lit une nouvelle fois pour te mettre face à lui, enroulant tes bras autour de son cou. je ne vais pas te mentir et te dire que cette idée lui a plu. évidemment, il a trouvé que tout allait trop vite. mais c'était avant qu'il te rencontre et je suis sure que si vous preniez le temps de vous parlez un peu et d'approfondir le sujet, vous vous entendrez à merveille. il est mon meilleur ami, et si je t'aime, il t'aimera aussi. tu souriais. enfin, pas de la façon dont je t'aime j'espère. quoi que.. si vous décidez d'experimenter quelques trucs entre vous les gars, surtout n'hésitez pas à m'appeler. je rêverais de voir ça. tu rigolais. imaginer duke et howard dans le même lit était autant une torture qu'un fantasme très ironique. cela serait surement très drôle les deux premières minutes, mais après tu serais vite écoeuré.. ou tentée de les rejoindre? tu ne savais pas, et très sincèrement, tu espérais ne jamais avoir à choisir. tu te détachais de lui, te mettais à quelques pas de lui, avant de tirer sur le t-shirt que tu portais, le remontant jusqu'au dessus de ton nombril. on avait pas parlé de vêtements jonchant le sol?" tu retirais ton vêtement et le lâchait théâtralement à tes pieds. tu te retrouvais là, à demi-nue devant ton époux. tu voulais à tout prix que cette discussion cesse et le meilleur moyen de le distraire était encore de ramener l'attention sur toi-même.


_________________
don't wanna lose you baby.
i still love you darling, with every inch of my heart. even when i don't want to, i still love you. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Howard Bass

avatar

INSCRIPTION LE : 22/11/2014
MESSAGES : 173
AVATAR : eddie redmayne
PSEUDO : empty soul ~
CREDITS : alaska
AGE : trente
ACTIVITÉ : redacteur en chef de la section littéraire du NYT
BUCKET LIST : montrer sa suprématie à duke ~ tenter de controler et d'aider sa soeur ~ protéger ruth surtout de duke ~ et reprouver encore sa suprématie à duke

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: avec la plus belle.
RELATIONS:
MULTINICKS : h

MessageSujet: Re: love is pleasure love is pure, the only treasure ☆ hb.   Sam 29 Nov - 17:04

hush hush ✩ C’était difficile d’être énervé contre Ruth. Tu savais que tu n’allais pas tenir longtemps. Tu savais qu’elle allait avoir le dernier mot. Enfin pendant un instant. Ce n’est pas que tu n’avais pas confiance en elle. Non tu étais jaloux, c’était une flamme au fond de ton ventre et tu ne pouvais pas l’éteindre. Tu avais ce petit démon, au-dessus de ton épaule qui te disait de ne pas te laisser faire, de lui dire que tu ne voulais plus qu’ils soient tous les deux. Mais tu savais que ce ne serait pas raisonnable. Tu savais que tu pouvais la perdre… et rien n’était pire à tes yeux que la perdre. Parce que tu l’aimais mais aussi parce que, grâce à elle, tu arrivais à ton but. Tu avais rencontré plus de personnes bien positionné dans la société en quelques jours qu’en plusieurs années. Tu étais enfin Howard Bass, respecté, grand, voir même riche et plus le fils de cet espèce d’enfoirée qui était ton géniteur. Rien de plus que ça, un géniteur. Tu avais défié les lois de la génétique. Aujourd’hui tu étais quelqu’un d’autre, la personne que tu rêvais d’être petit alors que tu te cachais derrière ton lit.  Alors tu devais te calmer, tu devais accepter, ou feindre d’accepter par amour cette relation qui t’exaspérait. Et puis c’était difficile de résister à Ruth. Elle te connaissait tellement que c’était presque impossible. Alors elle s’approcha, tenant de t’amadouer, entoura ton cou de ses bras. Le toucher de sa peau sur ta nuque, te fit frissonner. Après autant de mois, elle avait toujours le même effet qu’au premier, qu’au début. Tu frémissais de passion. Je ne vais pas te mentir et te dire que cette idée lui a plu. Évidemment, il a trouvé que tout allait trop vite. Mais c'était avant qu'il te rencontre et je suis sure que si vous preniez le temps de vous parler un peu et d'approfondir le sujet, vous vous entendrez à merveille. Il est mon meilleur ami, et si je t'aime, il t'aimera aussi.  Bien sûr il avait raison, il n’avait pas apprécié. C’était presque clair comme de l’eau de roche. Sa théorie sur je t’aime, il t’aime n’était pas à ton goût. Non, parce que clairement, pour une raison obscure à tes yeux, elle l’aimait et toi tu ne l’aimais pas. Mais tu essayerais, parce que tu l’aimes, et que tu ne voulais pas la perdre. Alors tu mordrais sur ta chique, tu essayeras de le connaitre. Et tu le supporteras… enfin, pas de la façon dont je t'aime j'espère. Quoi que... si vous décidez d'experimenter quelques trucs entre vous les gars, surtout n'hésitez pas à m'appeler. Je rêverais de voir ça. Tu la regardas. Cela restera du domaine de la fiction, d’un fantasme. Il avait envie de ne vomir rien que dit penser. Surtout de penser aux mains de cet abruti poser sur le corps de ta Ruth. Non. Ce n’était même pas imaginable. Mais si elle voulait aller sur ce terrain-là, elle avait trouvé un adversaire de taille. « Oui en fait t’as raison, si je ne veux pas que tu le vois, c’est parce que je suis jaloux mais de toi. Alors désolé ma belle, tu ne seras pas confier à nos partis de jambes en l’air entre mecs ». Tu souriais, ricanais. Tu ne pouvais pas rester fâcher bien longtemps avec ta dulcine, surtout si elle te montrer comme sa son ventre comme une invitation à tout tes fantasmes. On avait pas parlé de vêtements jonchant le sol? tu osas un sourcil. Elle n’osera pas te défier d’autant plus j’espère. Parce qu’elle sait très bien à qui elle s’attaque là. Et elle retira d’une traite son t-shirt, qui s’étala sur le sol. Mais ça il ne le vit, il ne pouvait pas retirer son regard du corps de Ruth. Elle était forte, très forte. Bon, il laissait tomber pour cette fois, mais seulement pour cette fois. Il n’en avait pas fini avec Duke. Et il avait intérêt à ne pas lui renvoyer un sms, sinon tu allais toi-même sortir de cet appartement pour lui montrer de quel monde tu viens. Avec le temps, tu avais appris à te battre. Et pour Ruth, tu n’hésiterais pas. Alors tu déboutonnas les derniers boutons qui tenait ta chemise et la fit rejoindre le t-shirt de Ruth. Avec un regard de joueur, de désir, tu la dirigeas sur le lit, tout en posant tes lèvres sur les siennes. Pas timidement, non violement. Tu l’enlaças de tes bras, posant tes paumes sur son dos dénudé. La serrant contre toi, comme si tu voulais empêcher quiconque de la prendre, de la regarder. Elle était à toi. Tu savais que tu perdais en cédant, qu’elle avait ce qu’elle voulait la fin de cette discussion houleuse. Mais tu ne pouvais pas t’en empêcher et t’écartant un petit peu tu soufflas « bien mademoiselle Lefroy, vous gagnez pour l’instant. Mais on n’en a pas fini avec cette histoire. » Et tu collas à nouveau tes lèvres contre les siennes.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruth Lefroy
WORDS UNSPONKEN.
avatar

INSCRIPTION LE : 16/11/2014
MESSAGES : 323
AVATAR : demoiselle jones.
PSEUDO : borealis. (clémence)
CREDITS : argents ≈ anaëlle.
AGE : twenty eight years old darling.
ACTIVITÉ : journalist. (to become a writer)
BUCKET LIST : HOWARDCHARLOTTE ≈ rp.

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: engaged.
RELATIONS:
MULTINICKS : francis et sinead.

MessageSujet: Re: love is pleasure love is pure, the only treasure ☆ hb.   Lun 1 Déc - 20:49

hush hush ✩ il te scrutait, sous toutes tes coutures, sous chacun de tes angles, de son oeil avisé, de son oeil téméraire. il aimait à te regarder, presque nue, à jauger chacune de tes formes, de tes imperfections, chacun des traits qui faisait de toi cette femme qu'il désirait. tu avais pris l'habitude, désormais, d'attendre son approbation sous ce regard perçant, ce regard fiévreux. il semblait calme, il semblait simplement toucher du regard, mais il n'était question que de quelques minutes pour qu'il t'attrape et te jette violemment sur le lit pour te faire mille et une folie. tu les attendais, malgré les avoir approuvé toute la nuit. tu ne te lassais pas de cette peau blanchâtre mais de cette fougue méconnaissable. il honorait tes nuits d'une manière exquise. c'était assez flatteur, mais tout aussi perturbant. car tu savais que tu n'étais pas la première qu'il traitait ainsi. surement une bonne trentaine y était passé avant toi. mais c'était le prix à payer pour l'avoir, lui et ses yeux bleu, lui et caresses pleine de douceur. et c'est ainsi qu'ayant fini de t'épier, il défit rapidement les derniers boutons de sa chemise, pour faire tomber le vêtement à terre. un léger sourire fût la seule chose qu'il te laissa le temps de faire avant de se jeter sur toi, te prendre dans ses bras et t'embrasser violemment. il te portait, tu accrochais tes jambes à ses hanches, collant ton buste nu au sien. il te posait sur le lit, au début doucement, tout en te mordant les lèvres, tout en t'arrachant quelques soupirs de désir. il embrassait ton cou et tes lèvres tour à tour. bien mademoiselle lefroy, vous gagnez pour l’instant. mais on n’en a pas fini avec cette histoire. il replongeait ses lèvres sur les tiennes, glissant à nouveau sur ton cou, te laissant juste le temps de lui répondre quelques mots avant de reprendre possession de ta bouche. je gagne toujours, monsieur bass, ne vous en souvenez-vous pas? il relevait le regard vers toi, un sourcil arqué, tu rigolais. bien sur qu'avec lui tu gagnais toujours, car tu savais le manier à la perfection. tu avais compris que son penchant malsains pour la femme et ses trésors était sa kryptonite et, pour le moment, tu étais le morceau le plus attractif qu'il ait trouvé. tu attrapais son visage pour retrouver ses lèvres, que tu dévorais avec avidité. tu sentais le désir monter, aussi bien en lui qu'en toi. vous exaltiez tout les deux, comme deux amoureux. cela n'était pourtant pas un coup d'essai, vous qui vous connaissiez bien assez de ce coté-là. vous n'aviez plus aucun secret l'un pour l'autre, mais à chaque fois que vous vous retrouviez dévêtu l'un sur l'autre, vous reviviez. il y avait une alchimie physique que personne ne pouvait nier. et, dans un élan de fougue, tu avais réussi à le faire pivoter sur le dos, à passer une jambe de chaque coté de son corps, pour enfin vous adonner à ce plaisir que vous partagiez souvent, très souvent; trop souvent peut être.
tes cheveux étaient emmêles, tant par la sueur qu'avait provoqué les événements passés que par la fougue que ton amant avait mis à les fourrager. tu rigolais, en passant un doigt malhabile au milieu de cet indescriptible foutoir. tu reprenais ta respiration, tout comme lui. tu étais là, la tête sur ton torse, et lui te caressait l'épaule de son index. tu rigolais. tu crois qu'un jour on s'arrêtera? tu te retournais, le visage vers lui, pour le regarder. tu crois qu'un jour, on s'en lassera? tu n'espérais pas. car c'était l'une de vos thérapies: par le sexe, vous arriviez à arranger de nombreuses situations et de nombreuses histoires. vous aviez passé vos plus grosses crises par ça. vous arriviez à relâcher la pression, à retrouver l'exaltation de vos premiers moments, vous ramenant à la puissance de ce qui vous avez unis. même s'il t'avait choisi pour un patronyme, vous n'en étiez pas moins unis par des liens un peu plus profond que cette simple alliance politique. tu te hissais vers lui pour l'embrasser légèrement une dernière fois. ce que j'aime avec ça, c'est que ça te calme et te fait entendre raison. tu comprends mieux, une fois que le sang est descendu en dessous de la ceinture. tu rigolais, regardant ses topaze bleu regarder le plafond après tes dires. très théâtrale comme réaction, mais cela avait le don de te faire sourire et de t'apaiser l'esprit. il était un baume sur ton coeur meurtri.

_________________
don't wanna lose you baby.
i still love you darling, with every inch of my heart. even when i don't want to, i still love you. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Howard Bass

avatar

INSCRIPTION LE : 22/11/2014
MESSAGES : 173
AVATAR : eddie redmayne
PSEUDO : empty soul ~
CREDITS : alaska
AGE : trente
ACTIVITÉ : redacteur en chef de la section littéraire du NYT
BUCKET LIST : montrer sa suprématie à duke ~ tenter de controler et d'aider sa soeur ~ protéger ruth surtout de duke ~ et reprouver encore sa suprématie à duke

✻ HEAD IN THE SNOW
STATUT: avec la plus belle.
RELATIONS:
MULTINICKS : h

MessageSujet: Re: love is pleasure love is pure, the only treasure ☆ hb.   Mer 31 Déc - 15:46

hush hush ✩ je gagne toujours, monsieur bass, ne vous en souvenez-vous pas? Ce fut ces derniers mots avant que la magie s’opère. Parce qu’entre eux, la magie s’opérait toujours. C’était comme avec le chocolat. Tu avais beau manger plusieurs fois le même, ce n’était jamais la même expèrience. Elle avait le don de te libérer, de te dompter. Elle avait le  don de te connaitre tellement qu’elle te maniait à la perfection. Alors tu t’effrondras entre ses bras. Tu ne comptais plus le nombre de fois que tu avais effectué cette dance mais pourtant avec elle, avec ruth c’était toujours différent. A chaque fois c’était encore plus intense que la dernière fois et même quand tu ne pensais pas ça possible, cela l’était. Vos corps se mêlaient comme si ils avaient été fait pour être ensemble. Ils étaient nés pour être ensemble, liés. Alors tu te laissas aller au plaisir de ruth.
Tu caressais son épaule. Sa peau était douce, comme une porcelaine. On pourrait croire qu’elle allait se casser à ton toucher mais non. Elle est plus douce qu’un pelage de chat. Tu sentais son odeur, celle de son shampoing mêlé à leur effort de réconciliation. Tu connaissais que trop bien cet odeur. Auparavant tu n’aimais pas ça, le post, l’après. Tu te rhabillais et tu partais, tu profitais de l’euphorie de l’acte pour jouer, travailler, écrire… tu étais inspiré, au milieu de ta forme. Mais avec ruth, avec ruth il était impossible de partir, impossible de ne pas profiter de son odeur, de sa présence. Alors tu étais là un bras autour d’elle, de ta fiancée, à carresser son épaule, à sentir son odeur, à profiter. Et puis, comme en sortant d’un rêve, elle te demanda tu crois qu'un jour on s'arrêtera?  tu crois qu'un jour, on s'en lassera? Elle était magnifique, à chaque fois qu’elle le regardait, à chaque fois tu redécouvrais son visage et à chaque fois tu l’as trouvé encore plus belle qu’avant. Tu souris, parce qu’elle souriait et qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de te communiquer son sourire. ‘je ne crois pas qu’on en soit capable mademoiselle ruth’ tu insista sur le mademoiselle. Elle pouvait encore se défiler, mais après ce qui venait de se passer, tu étais plutôt confiant. Tu savais qu’elle avait réussi à déterner ton attention. Tu n’aimais pas ça, qu’elle gagne, ou plutôt que tu perdes. Mais elle était ta faiblesse. Elle si hissa, elle semblait si petite sur le coup, et posa un dernier baisée sur tes lèvres. Tu le savouras ce petit baisée comme une promesse que cela ne sera pas le dernier. ce que j'aime avec ça, c'est que ça te calme et te fait entendre raison. tu comprends mieux, une fois que le sang est descendu en dessous de la ceinture. C’est qu’elle cherchait vraiment la bagarre. Tu étais totalement raisonné avant même ça. Tu savais que tu pouvais parfois exagérer un peu, réagir excessivement mais c’est ça qui avait fait ta réussite professionnelle aujourd’hui : être plus réactif que les autres. Et tu n’en démorderai pas, cette relation ne te plaisait pas. Tu n’aimais tout simplement pas qu’on s’approche trop de ruth. Parce qu’elle allait être ta femme et qu’il refusait de passer pour le potiche de service avec qui on se marie parce que c’est approprié mais qu’on n’aime pas. Tu savais qu’elle t’aimait, elle te l’avait prouvé mainte et maintes fois. Mais maintenant que le cerveau ‘bas’ de ton corps était à l’arrêt, le cerveau du haut était tout aussi d’accord. ‘et bien désolé de te décevoir ma chère, mais je n’ai toujours pas changé d’avis.’ Alors tu arretas ta caresse sensuel sur la bout d’épaule nu qui dépassé du drap de ruth. Et posa ton autre main sous ta tête, position viril activé. ‘et il est absolument hors de question qu’il soit mon témoin.’ Souvent c’était des membres de la famille qui faisait office de témoin, mais il refusait d’avoir isaac derrière lui alors que ruth lui disait oui. Manquerait plus qu’il le regarde lui pendant l’union au-delà de son épaule.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: love is pleasure love is pure, the only treasure ☆ hb.   

Revenir en haut Aller en bas
 
love is pleasure love is pure, the only treasure ☆ hb.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» http://www.love-makeup.co.uk/ vous connaissez?
» I Love N......Y !
» Craquage nouvelle collection Love Lace et Warm and Cozy
» Love Lace Collection
» All you need is LOVE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
⊹ TIES THAT BIND :: RAVENEL, SC, USA :: ELLOREE DRIVE :: Residential Area-
Sauter vers: